Breaking news

De luxueuses propriétés aux USA et en RSA avec de l’argent détourné?  Francis Selemani, un proche de Joseph Kabila, pointé du doigt 
Vendredi 19 novembre 2021 - 15:13
Congo Hold Up
Congo Hold Up

Beaucoup de documents du Congo Hold-up met en jeu le nom de Francis Selemani, un proche de Joseph Kabila. The Sentry a publié un rapport ce vendredi qui révèle que l’ancien directeur général de BGFIBANK a acheté de nombreuses résidences de luxe aux États-Unis et en Afrique du Sud. Selon l’ONG, ce serait avec en partie des fonds détournés. L’ONG fondée par George Clooney et John Prendergast dit avoir identifié une série d’irrégularités, d’incohérences indicatrices d’un risque de blanchiment d’argent et d’autres crimes financiers dans les transactions liées aux comptes bancaires détenus par Selemani et ses sociétés.

Le rapport accuse Francis Selemani et la famille Kabila d’avoir utilisé un réseau de sociétés et une partie du système bancaire congolais qu’ils contrôlaient pour détourner des fonds publics afin de transférer des millions de dollars hors du pays pour y acheter de l’immobilier. Ce qui est également épinglé dans le document, c’est le non respect des normes en matière de transfert des fonds.

« L’enquête publiée par The Sentry montre comment la famille Kabila et ses alliés ont pu accéder à une institution financière pour blanchir le produit de la corruption parce que M. Selemani était à la tête de la direction de la BGFIBank RDC pendant neuf ans. Le contrôle bancaire auprès de la BGFIBank RDC était très faible, comme l’a révélé l’audit interne de la banque, permettant ainsi à la famille Kabila de faire circuler des fonds de manière clandestine dans l’ensemble de son réseau commercial », a déclaré John Prendergast, cofondateur chez The Sentry.

Selon un audit interne de la BGFIBank RDC, cité par The Sentry, les transactions les plus préoccupantes comprennent des transferts de plusieurs millions de dollars impliquant Sud Oil. Cette société a transféré plus de 12 millions de dollars à des comptes et à des sociétés appartenant à Selemani ou qu’il contrôle.

Au total, des enquêtes menées par The Sentry, le Groupe d'étude sur le Congo et d’autres membres du consortium Congo Hold-up démontrent que Sud Oil a reçu au moins 85 millions de dollars de fonds provenant d’une gamme d’institutions gouvernementales congolaises, y compris la Banque centrale du Congo, la mission permanente de la RDC aux Nations Unies à New York, la Gécamines et la commission électorale nationale indépendante (Céni). 

D’après le rapport, Selemani a acheté 17 propriétés pour un montant total s’élevant à 6,6 millions de dollars dans les banlieues aisées de Washington aux États-Unis et de Johannesbourg en Afrique du Sud. The Sentry ajoute que Selemani utilisait des structures d’entreprise qui obscurcissaient son identité en tant que propriétaire pour 16 des 17 acquisitions immobilières.

« Lorsque le frère d’un dirigeant notoirement corrompu peut blanchir des millions de dollars dans l’immobilier à deux pas de la capitale des États-Unis, il est grand temps de combler les lacunes qui permettent à ce type d’activité de prospérer. Le secteur immobilier a été bien trop disposé à fermer les yeux sur l’argent sale volé dans les pays les plus pauvres du monde, et l’exemption pour les professionnels de l’immobilier dans le cadre américain de lutte contre le blanchiment d’argent devrait être révoquée sans délai », a déclaré Justyna Gudzowska, Directrice de la stratégie sur le financement illicite chez The Sentry.

L’ONG suggère que des enquêtes judiciaires soient menées aux USA, en Afrique du Sud et au Congo sur ces révélations.

Lire aussi: Congo Hold-up: le système bancaire congolais au coeur d’une vaste enquête impliquant près de 20 médias internationaux 

No front page content has been created yet.
Follow the User Guide to start building your site.

Dans la meme catégorie

Vidéo

A la une