Mardi 20 juillet 2021 - 07:42

Breaking news

Burundi : plus de 52.000 personnes touchées par les inondations du lac Tanganyika depuis mars 
Illustration. Inondation à Baraka en frontière avec le Burundi/Ph ACTUALITE.CD

L’ONU a indiqué ce lundi 19 juillet qu'au Burundi, plus de 52.000 personnes ont été touchées par les inondations depuis mars de cette année suite à la montée des eaux du lac Tanganyika, selon la matrice de suivi des déplacements de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). Près de la moitié ont été déplacées à l'intérieur du pays et des milliers de maisons ont été inondées.

Près de la moitié ont été déplacées à l'intérieur du pays et des milliers de maisons ont été inondées. Des champs entiers de cultures ont été détruits - une perte dévastatrice d'au moins une année de stocks alimentaires pour plus de 90% de Burundais qui dépendent de l'agriculture de subsistance. 

« Actuellement, les gens n'ont nulle part où retourner. Ils ne savent pas quand sera leur prochain repas. Il est essentiel que nous obtenions davantage de fonds pour répondre aux besoins immédiats des plus vulnérables », déclare Michael Asima, Coordonnateur de l'urgence et de la préparation pour l'OIM au Burundi.

Il n’est guère réconfortant de constater que la réponse d'urgence du pays souffre d’un sous-financement chronique. Selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA), seuls 17% des 194,7 millions de dollars nécessaires pour le Plan de réponse humanitaire du Burundi 2021 ont été réunis. Peu de fonds supplémentaires ont été affectés au Plan de réponse à la crise au Burundi 2021 récemment publié par l'OIM.

En mai 2021, le pays comptait 127.775 déplacés internes, dont 54% de femmes. Environ 85% de ces déplacements ont eu lieu en raison de catastrophes, selon l’ONU.

La survenue des inondations est inévitablement marquée par une cruelle ironie : l'an dernier, rappelle l’ONU, à peu près au même moment, environ 30.000 personnes ont été déplacées par les inondations provoquées par le débordement de la rivière Rusizi. Nombre d'entre elles n'ont pas pu rentrer chez elles et continuent de vivre chez des amis et des voisins, ou dans des sites d'hébergement temporaire. Les nouvelles inondations ont mis à rude épreuve les communautés d'accueil qui ont du mal à faire face à la situation. Le deuxième lac le plus profond du monde - et 600 km de large à ses points les plus longs - est partagé entre le Burundi, la Tanzanie, la Zambie et la République démocratique du Congo - et aucun pays n'a été épargné par la dévastation. 

Thérèse Ntumba

 

No front page content has been created yet.
Follow the User Guide to start building your site.

Dans la meme catégorie

Vidéo

A la une