Breaking news

RDC-Présidentielle : La France souhaite que les éventuelles contestations se fassent par les voies légales

Vendredi 11 janvier 2019 - 07:26
Catégorie
Photo ACTUALITE.CD

Le ministère français de l'Europe et des Affaires étrangères a nuancé les propos de Jean-Yves Le Drian sur les élections en RDC.

« Comme le ministre l’a exprimé ce matin, nous saluons l’engagement démocratique des Congolais qui ont voté dans le calme. Nous saluons également le travail effectué par les missions d’observation des organisations régionales, la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL), la Communauté de développement des Etats d’Afrique australe (SADC), par l’Union africaine et par la société civile congolaise », a précisé un communiqué du Quai d’Orsay.

Plus tôt, dans la matinée de ce jeudi 10 janvier, Jean-Yves Le Drian, ministre français des Affaires étrangères, avait déclaré que les résultats publiés par la CENI, donnant vainqueur Félix Tshisekedi à la présidentielle, n’étaient pas conformes à la vérité des urnes.

« Il semble que, Monsieur Tshisekedi déclaré vainqueur, les résultats proclamés ne soient pas conformes aux résultats qu’on a pu constater ici ou là. La CENCO a fait des vérifications et a annoncé des résultats qui étaient totalement différents », a déclaré Jean-Yves Le Drian sur le plateau de CNews.

Comme l’Union africaine, la France demande officiellement que les éventuelles contestations se fassent devant la Cour Constitutionnelle.

« Comme la mission d’observation et le président de la Commission de l’Union africaine l’ont dit la semaine dernière, nous attendons que le choix démocratique des Congolais soit respecté. Si les candidats à l’élection présidentielle souhaitent contester les résultats provisoires et obtenir plus de clarté, il convient qu’ils le fassent par les voies légales. Nous appelons toutes les parties à préserver le calme qui prévaut depuis la tenue du scrutin », a ajouté le communiqué.

Dans une interview à ACTUALITE.CD, Mende, porte-parole du gouvernement congolais, avait dénoncé une déclaration “colonialiste” du chef de la diplomatie française.

« En admettant même que cette réaction a été faite en notre faveur (FCC ndlr…), je la condamnerai avec la plus stricte énergie parce que la France n’a rien à voir dans le scrutin électoral de la RDC. Si Jean-Yves Le Drian pense que le Congo est une province ou une possession coloniale de la France, il n’a qu’à prendre un acte pour nommer le président du Congo. C’est vraiment ridicule d’entendre un officiel étranger avoir une telle liberté avec notre processus électoral », avait réagi à ACTUALITE.CD, Lambert Mende Omalanga.