30 juin 1960 : souvenirs d’un adolescent de Léopoldville
Jeudi 30 juin 2022 - 13:59
Léopoldville
Léopoldville

… Je n’ai que des bribes de souvenirs d’adolescent sur « mon » 30 juin 1960. Par exemple, le défilé sur le boulevard Albert Ir, et moi à la tête de mon école, l’école primaire Sainte Anne. Ah, fier d’être en tête de cortège et fier de brandir le drapeau bleu percé d’étoiles dorées !

Pourtant la veille, à la répétition du défilé  l’ambiance était tout autre : le révérend Père directeur a eu des mots durs sur l’indépendance, et notamment sur Lumumba. Opération « lavage de cerveau » de la dernière chance…

Sur l’indépendance ? autrement dit ( toujours  selon le directeur, un Belge bourru  et rustre), « pas d’ école pour les enfants. « Plus de scoutisme ». « Plus de jamborée ». « Tous les enfants bientôt enrôlés dans la Force Publique, comme chez les « communistes »…

Les « communistes » ?  « des suppôts du Démon,selon le Père. Chez les « communistes », selon lui,  tout est « commun » ( Un pour Tous, Tous pour  Un !) tes biens à toi sont pour tous. La parcelle de ton père est pour tous, surtout  les sans-domicile-fixe. Ta chemise, ton pantalon étalés sur le fil du séchoir, c’est pour tous, surtout pour les passants va-nu-pieds, sans –culottes. Ta fiancée est la fiancée de tous, surtout des goujats… »

Sur Lumumba ? Pour le vénérable Père, « communiste et surtout athée » (‘athée’  était la pire des incantations   d’excommunication).

C’est sans doute pourquoi, après le défilé, ça a été le détour obligé à l’école, pour vérifier les présences certes, mais pour un internement momentané, quoique agrémenté de friandises appétissantes. On apprendra bien plus tard qu’il s’agissait de détourner l’attention des enfants ; que les services de la procure avait eu vent du scandale que Lumumba préparait en public devant le roi Baudouin, « Bwana Kitoko », et en  direct à la radio…

Enfin, retour à domicile des défilants que nous étions. Fier plus que fier d’être non seulement le « porte étendard » de l’école, mais aussi de tout le quartier. J’ai d’ailleurs gardé pendant près d’une semaine, le badge commémoratif    du 30 juin, sorte de relique du « porte-étendard ».   Donc, retour au bercail et euphorie vertigineuse des quartiers d’en bas. Ivresse populaire envahissante, démentielle. Dans les bars, la chanson « Indépendance cha cha » à gogo et en boucle. J’ai compris plus tard : le discours volcanique de Lumumba avait mis le feu aux poudres. On dansait « Indépendance cha cha », on chantait « Indépendance Lumumba ».

« On » ? Mes frères ainés « fans » de Lumumba, « le nationaliste »,   « le patriote »,  « le baroudeur » (« gang-ya-film », selon l’expression kinoise). « On » ?  Les « grandes sœurs » du quartier, les cuisses à découvert sous des robes en bataille, à tout vent ; des seins   en bandoulière, offerts à tout-va…

Oyéé, Indépendance cha cha ! Oyéé, Indépendance Lumumba !

… Pour la première fois j’avais découché. Pour la première fois, je pénétrais dans un  bar. Pour lapremière fois,  moi aussi j’avais dansé « Indépendance chacha », « Indépendance Lumumba »…

Hélas, le lendemain de cette cuite générale a été la  gueule de bois. Mon père   géniteur, « évolué »inconditionnel et « fan » du roi Baudouin, avait mal pris mon escapade. Il m’attendait sur le seuil du portail de la parcelle, avec une chicotte en mains…

 

YOKA lye (30 juin 2021)

 

No front page content has been created yet.
Follow the User Guide to start building your site.

Dans la meme catégorie

Vidéo

A la une