Bukanga Lonzo: les inspecteurs épinglent l’utilisation d’une société-écran 
ACTUALITE.CD

L’Inspection Générale des Finances (IGF) espère que son action et son enquête sur le parc agro-industriel de Bukanga-Lonzo vont aboutir à l’éclatement de la vérité à travers l’ouverture d’un procès. Elle révèle dans son rapport que 287 050 817,91 USD dont 285 939 621, 87 USD du trésor public et 1 115 196,04 USD provenant des interventions du Fonds de Promotion de l’Industrie (FPI) ont été décaissés. D’après les calculs de l’IGF, cela constitue 3/4 du cout total prévu.

Les inspecteurs rapportent aussi que la société AFRICOM chargée de la gestion de ce parc doit justifier un montant de 232 163 936, 97 USD. 

Ils révèlent aussi l’existence d’une société qu’ils qualifient d’écran ayant bénéficié de l’argent dans le cadre de ce projet.

Desticlox Pty Ltd est présenté dans le rapport de l’Inspection Générale des Finances (IGF) sur le dossier Bukanga Lonzo comme une société écran de Africom. 

Enregistré en octobre 2019 en Afrique du Sud avec pour objet social « commerce général », Desticlox Pty Ltd a juste après la signature de contrat avec l’Etat congolais incorporé certains autres domaines comme la gestion des projets « pour le besoin de la cause » notent les inspecteurs. 

Bien plus, Desticlox Pty Ltd a la même adresse physique d’Africom en Afrique du Sud. Et même à Kinshasa, ajoute le rapport d’enquête, les deux sociétés utilisaient le même personnel et le même bureau. Desticlox Pty Ltd était, toujours selon l’investigation de l’IGF, à la fois fournisseur et gestionnaire du parc.

L’autre élément troublant, c’est le fait que Christof Grobler et Pieter Venter, les deux actionnaires de la société, sont les mêmes qui ont signé la convention d’actionnaires du 20 mars 2015 avec le gouvernement congolais pour la création de trois sociétés du groupe Parc Agro-Industriel de Bukanga Lonzo (Parcagri, Sepagri et Marikin).

Christof Grobler et Pieter Venter ont développé une société à Kinshasa en 2016 « Agrivest ». Les enquêteurs de l’IGF s’interrogent sur leur intention « si ce n’était que de s’enrichir sur le dos de l’Etat congolais ».

Elle aurait reçu des paiements de 11 069 300 USD. 510 883 concernaient le frais de gestion du parc. Les inspecteurs s’interrogent: à quel titre et qualité ce paiement a été fait étant donné que le contrat a été signé par l’Etat congolais et Africom. 

La même société aurait bénéficié de 4 941 600 USD pour gravillonner la route depuis la nationale jusqu’au site de Bukanga Lonzo, alors que la route est toujours en terre/sable jusqu’à ce jour.

 

No front page content has been created yet.
Follow the User Guide to start building your site.

Dans la meme catégorie

Vidéo

A la une