Projet Renaissance de la FEC : Albert Yuma réunit les femmes entrepreneures autour d'une table ronde centrée sur les perspectives économiques
Mardi 3 août 2021 - 20:08
Albert Yuma
Albert Yuma, Président de la Fédération des Entreprises du Congo/Ph. Pascal Mulegwa

Devant une vingtaine de femmes entrepreneures, Albert Yuma et la haute direction de la Fédération des entreprises du Congo (FEC) présentent le projet "Renaissance". 

Le président de la FEC, Albert Yuma Mulimbi, a animé, ce mardi 3 août 2021, à Kinshasa, une table ronde avec les femmes du monde des affaires opérant en République Démocratique du Congo sur le thème « Rôle de la femme au sein du patronat congolais et son impact dans l’économie congolaise ». Cette conférence s’inscrit dans le cadre de la série des tables rondes portant sur les perspectives économiques de la RDC, initiées par la haute direction du patronat congolais dans l’optique de la mise en œuvre du Projet « Renaissance de la FEC ».

Albert Yuma explique la base de ses échanges avec les femmes congolaises du monde des affaires. 

" Le projet Renaissance est né du fait qu'on a constaté que la FEC était incomprise. Beaucoup de gens ne savent pas le rôle de la FEC et ce qu'elle peut faire pour eux, et ce qu'elle peut obtenir de ce qui ne sont pas membres. Nous avons reçu une vingtaine de femmes qui ont chacune réussi dans leurs domaines. Ces femmes ne sont pas membres de la FEC. Je leur ai expliqué la FEC et ce à quoi je pense qu'on peut faire ensemble. En sachant que la femme est un socle qui est un opérateur économique généralement plus efficace que l'homme quand on lui donne la capacité et l'opportunité de gérer ou de conduire les affaires. Après échange avec les femmes, j'ai compris premièrement qu'il y avait un déficit communicationnel sur la FEC. Deuxièmement, j'ai compris qu'il faut faire monter encore en puissance ces femmes pour qu'elles entraînent d'autres femmes ou d'autres initiatives dont le pays a besoin", explique Albert Yuma.

Dans la même veine, le patron de la FEC et les femmes prenant part à cette table ronde ont relevé les éléments réfractaires de l'économie de la RDC.

"En majorité, les femmes ont fait le même diagnostic que nous. Le climat des affaires est mauvais. La fiscalité et la parafiscalité sont difficiles. L'administration publique n'accompagne pas, elle démoralise. L'accès au financement est difficile. Ces femmes veulent nous accompagner comme des "amazones" économiques pour que leurs préoccupations s'ajoutent à notre voix pour que face au gouvernement qu'on soit les vrais partenaires privilégiés qui en amont prennent des bonnes décisions. C’est dans l'optique de permettre que les autres qui ne sont pas là adhèrent à une économie formelle qui peut remettre de l'argent dans le circuit économique pour financer les activités en difficulté. A la fin de la rencontre, nous sommes parties les deux côtés satisfaits, on a compris ce qu'on peut apporter à l'économie de ce pays, beaucoup d'espoirs et déterminations ", a signifié Albert Yuma.

Par ailleurs, Mamy Mujanyi, présidente du Mouvement International des Femmes Dynamiques d'Afrique (MIFDA), femme entrepreneure, a loué l'initiative de la FEC, tout en appelant d'autres femmes entrepreneures à rejoindre cette organisation patronale. 

Ph. ACTUALITE.CD

" Je suis très satisfaite de cette table ronde parce que nous en sortons très bien fournis de nombreuses informations. On voyait la FEC de loin. Ses activités n'étaient pas vulgarisées. On croyait que la FEC était réservée à une catégorie des personnes VIP. Aujourd'hui, on comprend que la FEC a eu à organiser plusieurs activités en RDC. Le président Yuma nous a promis de lancer la vulgarisation de la FEC pour permettre l'accès à l'information à toutes les autres femmes entrepreneures de la RDC. Nous invitons les femmes qui travaillent dans l'informel de venir rejoindre la FEC afin de pouvoir bénéficier de certains avantages, probablement pour avoir accès à certains financements", a-t-elle laissé entendre. 

La FEC, sous l’impulsion de son président national, Albert Yuma Mulimbi, a lancé une série des tables rondes sur les perspectives économiques du pays avec les différentes couches socioprofessionnelles de la RDC. Ces tables rondes portent essentiellement sur les grandes questions économiques et les enjeux du développement de la République démocratique du Congo.

Opérationnelle depuis 1972, la FEC veut s’ouvrir davantage au monde pour faire connaître ses missions, sa vision, ses valeurs et ses positions sur les enjeux économiques clés de la société congolaise. Il s'agit donc d'une mutation de la FEC pour être en harmonie avec le monde actuel en ce 21ème siècle. 

Dans cette perspective, Albert Yuma, en accord avec la haute direction de la Fédération, pour ce nouveau mandat à la tête de la FEC, entend rapprocher, de façon particulière,  ce syndicat des patrons notamment de la jeunesse, des femmes du monde des affaires, des opérateurs économiques du secteur informel voire même des journalistes.

La première table ronde de cette série des conférences prévues par la FEC a été tenue en juin 2021 entre le président du patronat congolais Albert Yuma et les étudiants en sciences économiques de l’Université de Kinshasa (UNIKIN) et de l’Université Protestante au Congo (UPC). Cette table ronde avait pour thème « Enjeux et perspectives économiques de la RDC : quels sont les objectifs et attentes de la FEC au niveau national ».

Fiscalité, parafiscalité, équilibre monétaire, zone de libre-échange, sont autant de thématiques qui sont soumises aux discussions avec les différents invités à ces Tables Rondes organisées dans le cadre du Projet Renaissance de la FEC.

Jordan MAYENIKINI

No front page content has been created yet.
Follow the User Guide to start building your site.

Dans la meme catégorie

Vidéo

A la une