Catégorie
Photo ACTUALITE.CD.

Daniel Nsafu dont la Cour constitutionnelle a invalidé le mandat à l’Assemblée nationale et Mike Mukebayi, suspendu pendant 12 mois par l’Assemblée provinciale de Kinshasa, prennent part à la marche des femmes de la coalition Lamuka, ce jeudi 13 juin, pour protester contre les arrêts de la Cour invalidant une vingtaine de députés et sénateurs de l’opposition.

« Je suis venu en solidarité aux femmes de Lamuka, aux femmes congolaises qui ont décidé aujourd’hui de manifester contre l’invalidation injuste des députés de Lamuka. Ce sont nos mamans, ça leur fait mal de voir leurs enfants victimes d’injustice. Il faut assurer à Joseph Kabila et à Félix Tshisekedi que nous nous battrons jusqu’au bout », a déclaré à ACTUALITE.CD le député provincial Mike Mukebayi. 

Une centaine de participants sont partis de la Gare centrale en direction de la Cour constitutionnelle, dans la commune de la Gombe. Les manifestants occupent deux bandes du boulevard du 30 Juin et sont encadrés par la police.

Contexte

Martin Fayulu, un des leaders de la coalition Lamuka a annoncé, au cours d’une conférence de presse mercredi, une série d’actions pour protester contre les arrêts de la Cour constitutionnelle. Il s’agit de la suspension des activités parlementaires des députés et sénateurs de la coalition jusqu’à nouvel ordre, de la marche desdits parlementaires et des cadres de Lamuka, ce jeudi, du Palais du peuple jusqu’à la Cour, des manifestations de “grande envergure” le 30 juin à travers le pays. Au total 23 députés et 2 sénateurs de la coalition Lamuka ont été invalidés par la Cour constitutionnelle en faveur du FCC. Fayulu accuse Félix Tshisekedi et Joseph Kabila “d’assassinat de l’Etat de droit”.

Prisca Lokale