Breaking news

RDC: Une cellule de crise mise sur pied au sein de la coalition FCC et CACH

Mercredi 12 juin 2019 - 16:43
Catégorie
Photo Droits tiers

Patrick Nkanga, rapporteur et porte parole du bureau politique du parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD), annonce la mise en place ce mercredi 12 juin, d'une cellule de crise entre le Front Commun pour le Congo (FCC) et le Cap pour le changement (CACH) sur les différends qui opposent les deux parties.

"Une Cellule de crise a été mise en place entre le FCC et le CACH, pour promouvoir une désescalade et aplanir les appréhensions diverses, ayant été à la base des expressions partisanes. La coalition a le devoir de résister, il en va de l’intérêt de la Nation" a t-il annoncé sur son compte twitter.

La tension est montée entre le FCC dirigé par Joseph Kabila et le CACH dirigé par Félix Tshisekedi depuis le débat suscité au parlement par le FCC sur les ordonnances signées par Félix Tshisekedi portant nomination à la Gécamines et à la SNCC.

Les militants de l'UDPS et du PPRD, deux principaux partis de ces deux regroupements se sont affrontés à Kinshasa et à Lubumbashi mardi 11 et mercredi 12 juin 2019.

Contexte

Dans l’avant-midi, la Police s’était déjà imposée devant le bureau du PPRD sur l’Avenue Sendwe où “bérets rouges” et combattants de l’UDPS s’étaient affrontés. Débordées, les forces de l’ordre étaient obligés d’utiliser tirs de sommation et gaz lacrymogènes.

Les militants du parti de Joseph Kabila s’étaient au départ réunis aux abords du Palais du peuple pour manifester leur soutien à leurs députés et particulièrement à Jeanine Mabunda, présidente de l’Assemblée nationale. Ils répondaient aux précédentes manifestations de combattants de l’UDPS qui s’étaient offusqués deux jours plus tôt des débats en plénière sur les ordonnances présidentielles nommant les dirigeants de la SNCC et de la Gécamines. Certains militants du parti présidentiel avaient même décidé d’installer « un parlement débout » (un regroupement quotidien, Ndlr) au Palais du peuple pour mettre la pression sur les élus.