Comment répondre à la « guerre hybride » menée par le Rwanda en RDC ? 
Lundi 30 mai 2022 - 07:06
ACTUALITE.CD

Depuis presque trente ans, la RDC et le Rwanda entretiennent des relations tendues qui sont causées, d’une part, par l’arrivée de certains génocidaires rwandais sur le sol congolais en 1994 et d’autre part, par le soutien de Kigali à des successifs groupes rebelles « rwandophones » en RDC. La dernière brouille entre les deux voisins remonte en avril 2022, lorsque le gouvernement congolais accusa le Rwanda de violer les accords bilatéraux en soutenant les rebelles de « M23 » qui sèment la terreur dans l’est du pays.

De toute évidence, conscient d’une possible réprobation internationale s’il s’engageait à une « guerre classique », le Rwanda semble mener une « guerre hybride » en RDC aux fins de vouloir imposer ses positions à son voisin.

Mais, comment le gouvernement de la RDC pourrait-il répondre à cette « guerre hybride » ? L’emploi de la « tactique du salami » inversée ne serait-il pas une solution stratégique pour la RDC ?

Apparu en occident à la fin des années 1990, le concept de la « guerre hybride » décrit une méthodebelligérante consistant pour un pays à simultanément utiliser les moyens militaires (c.-à-d. usage des rebelles ou de l’armée régulière), diplomatiques, politiques, socio-économiques, criminels (c.-à-d. brutalité atroce contre les civils) ainsi que des outils de désinformations à l’encontre d’un autre état. C’est peu ou prou ce qu’a fait la Russie lors de l’annexation de la Crimée en 2014 ou lors de l’actuelle invasion de l’Ukraine. 

Revenons à la « guerre hybride » rwandaise en RDC :  Selon les rapports de l’ONU et d’autres organismes humanitaires, Kigali continuerait de soutenir militairement les différents groupes rebelles en RDC tels que l’AFDL, le RCD-Goma, le CNDP et l’actuel M23. Et de temps en temps, l’armée rwandaise fait unilatéralement des incursions sur le territoire congolais au motif invoqué de pourchasser les groupes politico-militaires rwandais à l’est du pays.

Dans la « guerre hybride », la diplomatie est un facteur clé. Après avoir imputé à la RDC le lancement des roquettes sur son territoire en fin mai 2022, le gouvernement rwandais a saisi le Mécanisme de vérification conjoint élargi (qui est chargé de surveiller et examiner les incidents de sécurité dans la région des grands lacs) pour enquêter contre la RDC. Précédemment, lors de sa visite au Congo-Brazzaville en avril 2022, le président rwandais Paul Kagame avait indirectement reproché à la RDC de ne pas collaborer suffisamment dans la lutte contre l’insécurité dans la région des grands lacs.

L’interférence politique est aussi un composant déterminant dans la « guerre hybride ». Quelques-uns argueront que la résurgence soudaine de la rébellion du M23 serait une manœuvre calculée du Rwanda à vouloir interférer dans le processus électoral en cours en RDC puisque la guerre à l’est du paysempêcherait l’exécution des opérations électorales dans cette zone. Ceci risquerait d’amplifier la crise politique interne ou fragiliser davantage le gouvernement congolais en cette période pré-électorale.

Bien entendu, il y a également une dimension économique dans la « guerre hybride ». Rappelons-nous du rapport du groupe d'experts de l’ONU qui soulignait la dépendance de l’économie rwandaise au commerce de minerais et que, cette économie profiterait aussi de l'exploitation illégale des ressources naturelles provenant des zones contrôlées par les groupes rebelles en RDC.

Pareillement, la campagne de désinformation est un outil cardinal de la « guerre hybride » car l’adversaire peut utiliser le déni, le mensonge et la manipulation informationnelle pour alimenter la fragmentation sociale dans le pays attaqué. Souvenons-nous que les autorités rwandaises rejettent souvent les allégations du soutien qu’elles apportent aux rebelles présentant la guerre à l’est de la RDC comme un conflit interneentre Congolais.

L’infiltration est autant un instrument de la « guerre hybride ». D’ailleurs, le président Felix Tshisekedi a récemment reconnu que les forces de sécurité congolaises étaient infiltrées par les membres des groupes rebelles. Enfin, les attaques brutales contre les civils sont un élément essentiel de la « guerre hybride » car elles visent à susciter la panique au sein de la population civile et pousser le gouvernement à négocier.

Naturellement, d’aucuns se demandent comment le gouvernement de la RDC devrait-il s’y prendre face à cette de « guerre hybride » ?

Certes, il n’existerait pas une approche idéale pour vaincre la « guerre hybride ». Cependant, certainsstratégistes recommandent l’emploi de la « tactique du salami » inversée, qui est une méthode consistant à « saucissonner » les menaces de son adversaire en autant de tranches nécessaires afin de réduire leurs effets. A cet égard, rappelons que le gouvernement congolais n’est pas sans moyens pour contrecarrer la « guerre hybride » rwandaise. Par exemple, il pourrait constamment publier les preuves de l’implicationrwandaise dans la guerre à l’est du pays pour rendre difficile tout déni de la part du Rwanda. Il pourrait aussi raffermir sa diplomatie en vue d’accroitre le soutien des partenaires régionaux et internationaux à sa cause. Il pourrait enfin reformer son armée et ses forces de sécurités pour les rendre plus professionnelles et redoutables.

Roger-Claude Liwanga, Chercheur à l'université Harvard, professeur de droit et de négociations internationales à l'université Emory

 

 

No front page content has been created yet.
Follow the User Guide to start building your site.

Dans la meme catégorie

Vidéo

A la une