Ebola en Equateur : Kinshasa et Brazzaville renforcent les mécanismes de collaboration transfrontalière pour limiter le risque de propagation de l’épidémie entre les deux pays
Félix Tshisekedi et Denis Sassou à Kinshasa en septembre 2020/Ph Présidence

Les mécanismes de collaboration transfrontalière ont été renforcés entre la République démocratique du Congo (RDC) et la République du congo (RDC) pour limiter la propagation, entre les deux pays, de la maladie à virus Ebola qui sévit, depuis juin, dans la province de l’Equateur en (RDC).

Lors d’une visioconférence jeudi 24 septembre dernier, sous la facilitation de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), les ministres de deux Congo ont convenu de renforcer leur collaboration transfrontalière notamment « pour la surveillance, la détection rapide des cas et les interventions multidisciplinaires immédiates en cas de la survenue de la maladie à virus Ebola dans les districts ou départements à haut risque partageant la frontière avec la province touchée de l’Equateur ».

«Un engagement politique de haut niveau est une priorité absolue pour cette collaboration transfrontalière ; ce qui va nous permettre de mettre en place des mécanismes conjoints de prévention et de gestion des cas du virus Ebola, à travers notamment la surveillance, le partage des informations, la vaccination des contacts et la prise en charge des cas, tout en facilitant la mobilité des équipes d’intervention nationales et internationales entre nos deux pays», a indiqué le Dr Eteni Longondo, Ministre de la Santé Publique de la RDC.

Citée par l’OMS, Mme Jacqueline Lydia Mikolo, la ministre de la santé du Congo-Brazza, a révélé que les efforts transfrontaliers dans la lutte contre la maladie à virus Ebola ont fait l’objet d’un engagement de la part des chefs d’Etat de deux pays, lors de la visite, la semaine dernière à Kinshasa, du président Denis Sassou Nguesso.

Les deux pays partagent une frontière terrestre commune, longue de 2 410 Km, touchant également la province RD congolaise de l’Equateur, actuellement touchée par la onzième épidémie d’Ebola.

En dépit de la fermeture des frontières pour des raisons de la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19, la question des traversées irrégulières des populations transfrontalières via des points d’entrée non officiels constitue un problème majeur pour les deux pays. Ces derniers veulent augmenter leurs capacités de réponse, en termes de contrôle sanitaire. Il est notamment question de partage régulier de l’information entre les équipes de riposte basées en Equateur (RDC) et celles des départements voisins du Congo-Brazzaville. Ce que salue Mme Jacqueline Lydia Mikolo, la ministre de la santé du Congo-Brazza.

« Des investigations sur les alertes ont été faites ainsi que des efforts déployés pour retrouver des contacts [venus de la RDC] dans la Likouala, mais ces alertes ont été négatives », a dit la Ministre de la Santé de la République du Congo.

Elle signale que dans son pays, non encore touché, les autorités ont déployé, depuis plus d’un mois, des équipes d’intervention sur le terrain pour la détection des contacts et procèdent à la révision et à l’actualisation du plan de préparation et de la riposte à Ebola. Au terme de la visioconférence de jeudi, les deux parties se sont accordées un délai de quatorze jours pour élaborer un protocole de collaboration sanitaire entre les deux pays, avec la facilitation de l’OMS. Des efforts salués par la Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique.

« Il est désormais important que les mécanismes de coordination de la préparation à la maladie à virus Ebola soient activés et que les capacités opérationnelles soient également renforcées, en utilisant les ressources disponibles, y compris en tirant parti des ressources débloquées au titre de la lutte contre la COVID-19. Cela nécessite par ailleurs une collaboration transfrontalière accrue en matière de surveillance d’Ebola, conformément au Règlement sanitaire international (2005) et de la prévention d’une importation éventuelle de cette maladie dans les pays voisins », a souligné la Dre Matshidiso Moeti.

Depuis le 1er juin 2020, la RDC fait face à sa 11ème épidémie de la maladie à virus Ebola dans la province de l’Equateur qui a déjà fait 50 morts parmi les 118 cas confirmés jusqu'à jeudi. Des équipes de riposte rapportent également 62 guérisons. A ce jour, plus de 40 aires de santé sont touchées, réparties dans 12 zones de santé.

Claude Sengenya

 

 

No front page content has been created yet.
Follow the User Guide to start building your site.

Dans la meme catégorie

Vidéo

A la une