Catégorie
Photo droits tiers

Au cours d’une double cérémonie le mercredi 14 août dernier, la Société commerciale des transports et des ports (SCTP, ex ONATRA) avait remis en service, sur les rails, le train marchandises sur la ligne Kinshasa-Matadi et le train urbain sur la ligne Kasangulu-Kinshasa. Cette remise en service devra a priori faciliter les déplacements des populations concernées par les trafics mais aussi des marchandises des vendeurs qui opèrent sur cette ligne. Mais au marché Zigida, quelques vendeurs contactés par ACTUALITE.CD, estiment que le problème n’est pas d’ores et déjà résolu. Ils demandent la mise en place des véhicules gratuits pouvant déplacer leurs marchandises de la gare centrale vers le marché Zigida.

" Nous sommes des acheteurs des marchandises et pour nous faciliter, il faut que les colis arrivent  directement au marché Zigida par ce train afin de nous épargner de beaucoup de dépenses. Ceux qui auront l'accès facile des colis à travers ces trains sont les vendeurs du marché Matete car le chemin de fer leur est proche. Mais nous autres, nous serons très peinés car les trains arrivent d'abord à la gare centrale et ensuite nous serons dans l’obligation de prendre encore un véhicule pour ramener nos marchandises jusqu'à Zigida. Donc il serait mieux que je charge mes affaires dans un bus parce-que ça arrive directement au marché (Zigida ndlr) ", confie Paul, acheteur et vendeur des tomates au Kongo Central.

"C’est bien pour nous faciliter le coût de transport. Mais nos marchandises sont parfois périssables et le temps de les évacuer de la gare centrale jusqu'à Zigida pourrait s’avérer trop compliqué pour nous.  Il faudra encore débourser de l’argent pour le transport or nous avons aussi besoin de bénéfice après la vente. Toutefois, les choses vont être décidées seulement lorsque le prix du train sera réellement fixé.  Je souhaiterais qu'il ait des bus gratuits pour nous, vendeurs et vendeuses de Zigida pour ramener nos colis jusqu'au marché ", souhaite Janine, assise près de sa table des chikwangs.

"Les gens qui auront la facilité de transporter les marchandises dans le train sont ceux qui se trouvent proches de la gare. Mais les vendeurs de Mbanza-Ngungu par exemple dépenseront beaucoup pour transporter les colis dans le  train. Et je suggère que les remorques disparaissent pour laisser la place aux trains car ces chauffeurs causent beaucoup d'accidents sur les routes. Le retour du train ne pose aucun problème mais tout ce qui dérange, c'est juste la mise en place des bus gratuits pour nous ramener jusqu'à nos marchés respectifs", déclare Maurice, vendeur des bananes plantains.

" Là où nous achetons nos marchandises au village, c'est loin de la gare. Donc c’est mieux de mettre des marchandises dans le bus car ça va arriver jusqu'au fond du village. En plus, les cargaisons sont vendues chères parce que nous les achetons aussi à un prix élevé ", fait savoir charlotte de la table des maïs.

"Au lieu de mettre le train loin à ce point c’est-à-dire à la gare, mieux vaut nous donner les fonds pour débrouiller. Bref nous voulons que le prix de transport soit abordable pour nous permettre de bien déplacer nos marchandises et ensuite les vendre à un prix abordable ", estime Margarette vendeuse des tomates.

" Le train doit avoir un prix bas pour nous permettre de baisser le prix de nos marchandises. Donc si le cout de transport est exorbitant, nous vendrons aussi cher ", dit Marie.

" Je suis heureuse qu'on ait remis le train pour nos marchandises. Et je pense qu'on aura une facilité d’exportation des colis car ce transport est meilleur par rapport au bus ", pense cette vendeuse de piments, assise devant sa table au marché.

Plamedie Mayamba