Catégorie
Photo ACTUALITE.CD

Mbangi Makambo, 74 ans, père d'une famille nombreuse, est mort à l'aube de ce dimanche 3 février 2019 à l'hôpital de Kalonda, dans la commune de Mbumba (Tshikapa), où il a été admis depuis vendredi 1er février 2019 après qu'il a été battu à mort par des miliciens venus déposer leurs armes.

« Une femme est allée porter plainte auprès des miliciens pour une histoire de dette contre son voisin. Les miliciens ont convoqué la personne accusée et après confrontation, ils ont demandé à l'accusé de leur acheter une bouteille de boisson locale (tshitshiampa). Lorsque les miliciens et l'accusé sont arrivés au lieu de vente de la boisson, ils ont trouvé papa Mbangi qui leur a dit qu'ils étaient venus déposer les armes et n'avaient pas le droit d'arrêter les simples citoyens ou de les juger. Les miliciens n'ont pas digéré cette réaction et l'ont battu. Il a été admis dans un état critique à l'hôpital de Kalonda et il est mort. Nous venons de l'enterrer »,  explique le bourgmestre de Mbumba,  Kabukajika Kabu.

Depuis l'annonce de la victoire de Félix Tshisekedi à la présidence de la République, des miliciens Kamuina Nsapu arrivent à Kananga et à Tshikapa pour déposer les armes. Leur prise en charge n’est pas encore organisée. Les ONG locales redoutent un regain d'insécurité dans la région.

« Les miliciens ne sont pas inquiétés. Ils se promènent librement à travers la ville », s'exclame un activiste des droits de l'homme local.

Sosthène KAMBIDI

Vidéo