Catégorie
Photo ACTUALITE.CD.

Deux détenus sont morts cette semaine à la prison du cinquantenaire dans la ville de Bandundu, suite au manque de nourriture. Selon le responsable de la prison, cela fait pratiquement un mois que les détenus n’ont pas à manger.

« Ça fait pratiquement un mois que les détenus ne mangent qu'à l'apport des gens de bonne volonté, c'est-à-dire quand il y a une église qui trouve normal, elle prépare et amène la nourriture et les gens mangent, c'est comme ça. Des fois avec l'écart de deux, trois jours... Avant-hier (jeudi) et aujourd'hui (vendredi) c'est deux cas de mort », a déclaré à ACTUALITE.CD l'inspecteur pénitentiaire provincial, le Major Mayalo Dubois.

Plusieurs pensionnaires de la prison de Bandundu sont malades. « Je souffre de la malaria et la fièvre typhoïde. », a confié un détenu qui est pris en charge à l’hôpital général de référence de Bandundu.

L’Eglise catholique, à travers la commission Justice et paix du diocèse de Kenge lance un cri d’alarme en faveur des prisonniers pour éviter d’autres morts supplémentaires.

« Je lance un cri d'alarme pour dire qu'à la prison du cinquantenaire de Bandundu les gens sont en train de mourir de faim, parce qu'ils n'ont pas à manger. Depuis mardi jusqu'à aujourd'hui, nous enregistrons deux cas de mort et il y a deux qui sont en train de mourir. Si on ne fait pas attention, avant à la fin de la semaine on aura quatre morts », a alerté Clément Tayeye, directeur de la commission Justice et paix du diocèse de Kenge.

La prison du cinquantenaire de Bandundu a une capacité d'accueil de 2500 prisonniers mais compte aujourd'hui plus de 3000 détenus, a-t-on appris des sources proches de cet établissement pénitentiaire.

Jonathan Mesa, à Bandundu ville

 

Vidéo