Catégorie
Image d'illustrations. Ph. Christine Tshibuyi

Moïse Katumbi, Mbusa Nyamwisi, Martin Fayulu, Adolphe Muzito, Freddy Matungulu et Jean-Pierre Bemba se réunissent du 26 au 27 avril 2019, à Bruxelles (Belgique). Un communiqué final devrait sanctionner cette rencontre qui tourne essentiellement autour de l’avenir de Lamuka.

Fin mars, les six leaders avaient réaffirmé « leur détermination à poursuivre ensemble le combat pour défendre le respect des pratiques démocratiques ». Cependant, plusieurs questions étaient restées en suspens. Ils avaient ainsi décidé de poursuivre les discussions essentiellement sur le fonctionnement de Lamuka, appelé à devenir une plateforme politique plus structurée et davantage pérenne.

« Il y a eu une question de temps. Il y a des commissions qui vont être mises en place pour décortiquer quelques questions techniques. Nous avons beaucoup d’idées. Et on va revenir à vous », avait répondu Jean-Pierre Bemba, président du MLC (Mouvement de Libération du Congo), lors de la conférence de presse organisée à l’issue de la réunion.

Après cette rencontre, les six leaders avaient continué à se parler et ont avancé. L’autre question épineuse qu’il faut clarifier est celle de la direction. Répondant à celle-ci, Bemba avait rappelé que Martin Fayulu avait été choisi, à l’époque, pour un objectif précis.

« Martin Fayulu était le candidat commun pour battre le candidat de Monsieur Kabila et il l’a battu. Dans Lamuka, il y a plusieurs leaders qui ont participé à cette victoire », a-t-il dit.

Plusieurs sources d’ACTUALITE.CD évoquent la possibilité de la mise en place d’une présidence tournante. La question sera encore soumise à la discussion et la décision sera connue samedi 27 avril, à l’issue du mini-conclave.

« Le peuple nous regarde. Nous avons déjà beaucoup avancé et chacun comprend que c’est l’avenir immédiat du Congo qui est en jeu », a confié un participant.

Dans l’opposition ?

Au niveau de l’Assemblée nationale, en dépit de quelques cas qui peuvent être minorisés, Lamuka se range dans l’opposition. Ensemble pour le Changement l’a également clairement dit. Il se définit comme un regroupement de l’opposition. C’est la même position pour le MLC. Et au niveau des leaders, il y a déjà comme un consensus.

« Nous ne sommes pas dans le pouvoir. Nous ne sommes pas dans la gestion. Nous sommes en dehors, mais, dans les jours qui viennent, vous allez avoir les détails, un descriptif de l’organisation, de la restructuration de Lamuka », a encore dit Jean-Pierre Bemba. Mais, sur le plan des individus, c’est un peu plus complexe. Répondant à une question en lien avec Félix Tshisekedi, Moïse Katumbi s’est focalisé sur celui qu’il considère comme le « mal ».

« Le communiqué est très clair. Félix est un frère. Je l’ai accompagné jusqu’à Genève. Et, à Genève, on avait choisi Martin Fayulu pour être le candidat. Et nous nous sommes battus pour ça. Il faut décortiquer le mal. Le mal, c’est quoi dans notre pays ? Pourquoi le pays n’avance pas ? Pourquoi il y a eu fraude ? Le mal, c’est Kabila », avait-il déclaré au cours de la conférence de presse organisée en marge de la précédente réunion à Bruxelles.

Il restera à clarifier également la suite du combat pour « la vérité des urnes ». On en saura davantage également au cours du meeting de Martin Fayulu, prévu dimanche 28 avril à la place Sainte Thérèse de Ndjili, à Kinshasa.

Vidéo