Eve Bazaiba, secrétaire générale du MLC/Ph ACTUALITE.CD

Le Mouvement de libération du Congo (MLC) désapprouve les décisions prises, le lundi 18 mars 2019, au cours de la réunion interinstitutionnelle présidée par le président de la République, Félix Tshisekedi.

Pour le MLC, la décision de suspendre l’installation des sénateurs élus, traduit l’incompétence de la nouvelle classe dirigeante à la tête du pays.

« Le MLC a suivi avec consternation les annonces faites à l’issue de la réunion interinstitutionnelle. Parti républicain, le MLC relève l’incompétence absolue en cette matière de cet organe informel dépourvu de tout pouvoir décisionnel au regard de la constitution de notre pays », dit le communiqué du MLC signé ce mardi par sa secrétaire générale, Eve Bazaiba.

A l’issue de ladite réunion interinstitutionnelle, le chef de l’Etat avait également annoncé le report de l’élection des gouverneurs et l’ouverture par le PGR d’une enquête sur les allégations de corruption aux sénatoriales.

Ces décisions ont, par contre, été saluées par la quasi-totalité de membres de l’UDPS qui ont manifesté contre les résultats des sénatoriales perdues par le parti de Félix Tshisekedi.

« Le MLC note avec sidération l’amalgame et l’amateurisme qui ont tendance à élire domicile au sommet de l’Etat. Les questions internes à un parti politique ne peuvent impacter la vie d’une nation », ajoute le MLC.

Le parti de Jean Pierre Bemba souligne que « Mr Félix Tshisekedi ne fait d’aucune capacité à établir un départ entre la gestion de l’Etat et ses intérêts privés tant familiaux que partisans » dénonçant un « accord sous-seing privé ».

Patrick Maki

 

Catégorie