Tribune

Dans sa mission pédagogique et sa participation à la construction de la démocratie, ACTUALITE.CD donne la parole aux scientifiques, acteurs de la société civile et autres experts pour commenter et surtout expliquer l’actualité. Vous êtes professeur, vous avez déjà publié un ouvrage sur votre domaine d’expertise, vous pouvez soumettre gratuitement votre tribune pour publication sur ACTUALITE.CD. Envoyez vos textes à info@actualite.cd

Nous disons le Congo doit se réinventer comme dira le commun de Congolais :
 « changement de mentalité ». 
Le congolais est la solution à ses propres problèmes et personne d’autre.
Le Congo doit inventer des solutions à ses propres problèmes à l’instar d’autres pays dans le monde. Nous avons notre propre identité et notre propre culture à défendre et cette culture constitue notre mode de vie. Nous devons trouver des solutions adéquates et propres à nous et non des solutions d’emprunt et incompatible avec nos réalités.

Comme l’Etat congolais réclame haut et fort sa souveraineté politique et économique, nous devons être en mesure de réclamer cette souveraineté dans tous les domaines de la vie nationale. Et les exemples à ce propos sont légion et les solutions pas forcement difficiles à trouver.

Le temps de nous mettre au travail a sonné.
 A bas les discours littéraires, à bas la démagogie politicienne, le pays n’a plus besoin des hommes qui viennent pour démontrer leur intellectualisme stérile car ce temps est révolu. Le pays a besoin des entrepreneurs dans tous les domaines, des chercheurs, des inventeurs, bref des dignes fils pragmatiques et réalistes, pas de rêveurs. Le changement doit commencer dans des petites choses et au quotidien.

Tenez, par exemple, nous mangeons les chenilles et les champignons. Mais savons-nous seulement comment faire la culture des chenilles et des champignons afin de les rendre disponibles en tout temps et ne plus dépendre de leur caractère saisonnier ? Il y a tant des choses sur lesquelles nous pouvons orienter notre intelligence et ces choses ne sont pas forcément ce que les autres veulent mais ça doit être d’abord une priorité et une solution pour nous, Congolais.
 Réfléchissons, chers compatriotes, pour trouver les voies et moyens de résoudre nous-mêmes nos problèmes.

A l’instar de la Chine et d’autres pays émergents mettons à l’approbation des solutions que les autres ont eu à trouver car nous utilisons les mêmes moyens qu’eux et que nous n’allons pas réinventer la roue mais que nous devons bien adapter cela à nos réalités et à notre culture.
 Pour illustration, nous sommes le premier pays producteur du cobalt mais nous importons la quasi-totalité des batteries dont nous avons besoin pour nos véhicules et autres appareils que nous utilisons au quotidien, ceci est inacceptable et devrait normalement nous révolter.

La matière première existe ici sur place, l’acide est produit ici et ce n’est pas la main d’œuvre congolaise qui manque dans ce domaine. Alors pourquoi ne pas commencer ne fut-ce que par trouver un moyen de savoir les recycler, nous devons faire quelque chose, il y a tellement à faire et le travail du gouvernement devrait être celui de donner le ton et laisser les entrepreneurs prendre la relève tout en les encadrant.
Commençons par quelque part, mettons en place des Think Tank et commençons par faire un état de lieux des problèmes congolais qui sont innombrables et trouvons leurs des solutions congolaises ainsi nous nous dirons véritablement indépendants et souverains, demain.

Congolais et Congolaises n’attendons pas que quelqu’un vienne nous siffler la fin de la recréation, nous devons nous mêmes mettre fin à cette récréation en changeant les choses et en changeant notre quotidien et cela commence par trouver des petites solutions aux nombreux petits problèmes de notre société. Nous devons arrêter de tout importer jusqu’aux cure-dents alors que nous avons la forêt vierge chez nous. Le gouvernement devrait encadrer la population à trouver solution ne serait-ce qu’a ce petit problème, voyons. Trouver une main d’œuvre artisanale qui puisse s’en occuper et la renforcer en capacité financière et technique puis en interdire l’importation ce n’est que comme cela et petit à petit que nous pouvons trouver des solutions et renverser la tendance de notre économie aujourd’hui extravertie. Les problèmes du Congo aujourd’hui sont les solutions à sa prospérité de demain, nous devons nous en rendre compte et en être conscient et c’est de la que viendra notre mieux être et notre mieux vivre demain.

Jean-Pierre Meta est économiste de formation, cadre d’entreprise. Il a travaillé dans le secteur de la télécommunication et les mines. Aujourd’hui, il est entrepreneur dans le secteur de la sous-traitance notamment dans le secteur des mines et le carburant.

 

Catégorie