RDC : Ève Bazaïba échange avec les gouverneurs des provinces, les scientifiques et les membres du gouvernement pour une réussite totale de l'organisation de Pre-COP27
Samedi 25 juin 2022 - 21:30
Illustration
Photo d'illustration

Avec ses forêts qui séquestrent plus de 24,5 Gigatonnes de CO2 par jour, sa biodiversité, son eau douce, soit 67% des eaux totales du Bassin du Congo, ses minerais stratégiques, la République démocratique du Congo veut récupérer son leadership climatique et environnemental dans le bassin du Congo, l’Afrique et le monde. Et l'organisation des travaux préparatoires de la COP27 sera une occasion en or pour arriver à ces fins. 

Pour cela, la Vice-Premier Ministre,ministre de l'Environnement et du Développement durable,  Eve Bazaïba a reçu différentes couches de la société, notamment les Scientifiques, les ministres, les gouverneurs des provinces forestières et la Société Civile environnementale. Pour la patronne de l’environnement congolais, la RDC pays solution signifie trois choses: d’abord, le pays est conscient des enjeux du climat autour de ses ressources naturelles. Ensuite, le pays s’engage à améliorer la gouvernance de ses ressources naturelles et enfin, la RDC réclame une compensation équitable pour les services écosystémiques rendus au monde par ses forêts, ses tourbières et ses autres ressources naturelles. 

Ève Bazaïba a expliqué que les travaux se feront en deux volets. Le premier commence début septembre soit du 1er au 3.  E sera la réunion avec les scientifiques à Yangambi et un deuxième volet sera du 3 au 5 octobre à Kinshasa avec la réunion de tous les ministres du monde ayant l'eau et l'Environnement dans leurs attributions.

"Les travaux préparatoires seront abrités dans notre pays et avec deux segments. Le premier sera du 1er au 3 septembre sur terrain à Yangambi, la biosphère de Yangambi. C'est là où nous allons convoquer les scientifiques pour venir nous donner des éléments de prévention face au changement du climat. On va mettre en exergue le rôle des forêts non seulement du Bassin du Congo mais aussi celles de l'Amazonie, de l'Indonésie ainsi que du monde entier. Quand on parle des forêts, on ne doit pas seulement parler de Kinshasa. La RDC pays solution oui mais nous devons associer aussi les gouverneurs des provinces qui ont les forêts dans leurs juridictions. Le 3 et 5 octobre, il y aura la réunion ici à Kinshasa, le segment des ministres du monde ayant l'eau et l'Environnement dans leurs attributions. L'implication des gouverneurs est très importante parce que c'est eux qui vivent la réalité du changement du climat. Les gouverneurs doivent mettre sur table leurs besoins en compensation parce que lorsque nous aurons les bénéfices de nos forêts, ça va s'implimenter au niveau du terrain", a déclaré Ève Bazaïba.

Gouverneurs, vice-gouverneurs et autres représentants de quelques provinces ont échangé avec la vice-premier ministre en charge de l’environnement sur les problèmes inhérents au secteur forestier de leurs entités respectives, la gouvernance forestière, le crédit carbone, les questions liées aux taxes et redevances. 

"La VPM nous a invités pour débattre d'un bon nombre de points. Il y a d'abord le problème du crédit carbone. Elle nous l'a expliqué. Il y a le problème de la taxe de superficie entre les provinces et la DGRAD. Il y a aussi le problème de la gouvernance forestière. En rapport avec le crédit carbone, le processus est très avancé. Elle a vraiment appuyé sur l'accélérateur. Le problème est réglé et d'ici-là cela va devenir opérationnel", a rassuré le Gouverneur de la Tshuapa, Pancras Boongo.

Illustration

Les Scientifiques n’étaient pas en reste. A l’occasion de cette Précop27, ils proposeront des options pratiques, politiques et scientifiques innovantes en vue de renforcer la protection et la sauvegarde des écosystèmes congolais, tout en encourageant la mise en place d’une stratégie de collaboration entre les scientifiques et les décideurs politiques, en vue d’une meilleure prise en compte des recommandations scientifiques dans la lutte contre le changement climatique dans le bassin du Congo.

Aussi, le type de collaboration envisageable entre la science et la politique du climat afin de promouvoir dans le bassin du Congo, des solutions de développement socioéconomiques intégrant la protection des forêts, la lutte contre la pauvreté et l’amélioration de la desserte en énergie électrique. La VPM à l’environnement a insisté sur le marché carbone et les potentiels de la RDC pour traduire cette séquestration de carbone en pièces sonnantes et trébuchantes en faveur du peuple congolais.

"Grâce aux travaux des scientifiques, nous avons pu présenter au monde ce que vaut la République démocratique du Congo en termes d'identité environnementale. Cette COP27 est une continuité. Les scientifiques vont réfléchir et nous donner leur contribution par rapport à ce que nous devons faire pour préserver cette ressource ou pour les mettre en valeur pour les faire bénéficier aux filles et fils du pays et qu'est-ce qui est déjà fait qui est en cours ? Parce qu'il y a beaucoup de recherches que nos scientifiques ont faites mais qui ne sont pas connues, explique M. MALASI, Conseiller chargé du changement climatique.

Illustration

Les travaux préparatoires visent à assurer une organisation harmonieuse et sans faille de la PréCop27, en vue de la consolidation du leadership environnemental et climatique de la RDC. Occasion pour la VPM d’insister sur le fait que les ressources naturelles de la République Démocratique du Congo sont au cœur de la transition écologique actuelle et désormais au centre du débat sur la lutte contre le changement climatique. Partenaire du ministère, la société civile environnementale congolaise est également mise à contribution, car son point de vue compte pour la réussite de ce grand événement.

"Nous sommes dans un combat de plus de deux décennies. Nous avons beaucoup d'initiatives en termes de mobilisation, en termes de communication. C'est juste question de prendre à bras le corps toutes ces initiatives qui existent et de pouvoir le mettre en valeur pour un Congo plus vert", a dit un des représentants de la société civile environnementale.

L’organisation de la PréCop27 par RDC devra davantage placer le pays au centre des enjeux climatiques de la planète, en sa qualité de pays solution à la crise climatique et tirer le maximum des dividendes y afférents en termes de compensations.

Illustration

Pour rappel, la 27ème  Conférence des Parties signataires de la Convention Cadre des Nations Unies sur le changement climatique, COP27, c’est du 07 au 18 Novembre à Charm El-Cheikh, en République Arabe Egypte. Six ans après Marrakech au Maroc lors de la Cop22 de 2016 et à la COP 26 à Glasgow 2021, la RDC avait exprimé son ambition d’abriter les travaux préparatoires de la COP 27, Pré-Cop 27 et cela, avec le soutien de plusieurs Etats du Bassin du Congo, de l’Afrique et des pays développés. 

No front page content has been created yet.
Follow the User Guide to start building your site.

Dans la meme catégorie

Vidéo

A la une