RDC : même au Tanganyika, les organisations féminines se révoltent contre le comportement d’Alexis Thambwe Mwamba
Photo ACTUALITE.CD.

Une coalition d’une dizaine d’organisations féminines œuvrant dans la province du Tanganyika, dans le Sud-est de la République Démocratique du Congo (RDC) s’indigne du comportement affiché fin avril dernier par le Président du Sénat, Alexis Tambwe Mwamba à l’encontre de la sénatrice Goya Kitenge Bijoux, lors d’une séance plénière à l’hémicycle. 

Dans une déclaration, ce mardi 5 mai à Kalemie, chef-lieu de la province, le Réseau des femmes de Tanganyika (REFETANG) indique que les propos humiliants d’Alexis Tambwe Mwamba à sa collègue constituent une violation grave des dispositions légales et réglementaires du pays.

« Ces propos d'une si grande personnalité du pays dénotent une violation grave, qui ne peut pas rester impunis. Les dispositions légales et réglementaires notamment l'article 14 alinéa 3 de la constitution de la RDC et de l'article 92 du Règlement intérieur de cette chambre haute du parlement disposent que : sont interdites toute imputation, toute attaque personnelle, toute interpellation d'un sénateur, toute manifestation ou interruption troublant l'ordre de la séance », rappelle le  REFETANG.

Ces organisations regrettent que cette situation soit arrivée alors que la démarche de la sénatrice d’exiger plus de lumière à Alexis Thambwe Mwamba au sujet des dépenses allouées à la réfection du Sénat était conforme aux dispositions du règlement intérieur de la chambre haute du parlement.

« Alors qu'il est reconnu à tout sénateur conformément à l'article 195 du même Règlement intérieur le droit de demander au bureau, par une lettre adressée au Président, des éclaircissements sur un volet bien précis de sa gestion et cela à tout moment de la session, le Président s'est servi abusivement de son fauteuil pour essayer de confisquer ce droit à la sénatrice GOYA KITENGE Bijoux en l'accablant d'invectives oubliant qu'elle est une élue, une mère, une épouse », déplore le REFETANG.

Ce réseau des femmes du Tanganyika exige à Alexis Thambwe Mwamba des excuses publiques à toutes les femmes révoltées par ses propos. Il encourage, entre-temps, la sénatrice Goya Kitenge Bijoux à actionner la justice pour être rétablie dans ses droits. Le REFETANG invite ainsi l'ensemble des sénateurs à être solidaires avec leur collègue Goya Kitenge Bijoux pour que des explications claires soient fournies par le speaker du sénat sur la réfection de l'hémicycle.

Pour rappel, dans une correspondance adressée à Alexis Thambwe Mwamba, la sénatrice Goya Kitenge Bijoux, avait demandé des éclaircissements dans la passation de marché des travaux de réfection de l'hémicycle. Elle voulait surtout avoir de lumière au sujet du coût global des travaux, du tableau de dépouillement ou d'évaluation des offres ainsi que la justification de l'entreprise retenue. Le 30 avril dernier, devant les sénateurs, Alexis Thambwe Mwamba a, avant de répondre au courrier, traîné dans la boue sa collègue en révélant plutôt  les contours de sa candidature au bureau du sénat, qui d’après lui était rejetée à cause de “l’incompétence et de manque de bonne moralité”.

Jeannot Mwilambwe, à Kalemie 

 

No front page content has been created yet.
Follow the User Guide to start building your site.

Dans la meme catégorie

Vidéo

A la une