RDC: sur quel chantier doit se pencher a priori le nouveau ministre des Hydrocarbures pour relever le secteur ?

DR

Nommé ministre des hydrocarbures dans le nouveau gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) en remplacement de Didier Budimbu, Molendo Sakombi a du pain sur la planche. D'après Lewis Yola, chercheur en aval pétrolier et directeur scientifique au centre de réflexion et études sur les Hydrocarbures et les énergies renouvelables, il devra s'attaquer à plusieurs défis majeurs pour relancer le secteur et éviter les erreurs du passé.

Parmi les priorités, le ministre Molendo Sakombi doit s'entourer de technocrates compétents.

« Le secteur pétrolier est un secteur technique et transversal. Pour le gérer, il faut avoir une gamme de connaissances dans plusieurs domaines : économie, droit, géologie, géophysique, chimie, et autres. Aussi, il doit renforcer les mesures de contrôle tant en amont qu'en aval, pour éradiquer l’asymétrie de l'information dont l'État congolais est victime, et la falsification des informations dans le secteur des Hydrocarbures », a dit à ACTUALITE.CD, Lewis Yola.

Le ministre doit également mettre en place des mécanismes robustes pour garantir la transparence et la bonne gouvernance. Selon ce chercheur, la lutte contre les cartels dans le secteur, dont quelques grandes multinationales dominent les marchés des carburants en RDC, comme le groupe de professionnels distributeurs des produits pétroliers (Total, Engen, Cobil) et le groupe des nationaux distributeurs de produits pétroliers (plusieurs indépendants), ce qui influence les prix et les politiques.

« Le cas de GPDPP (Total, Engen et Cobil) est plus illustratif. Il est détenteur d'un actionnariat majoritaire au sein de Sep-Congo. Cela lui permet de bien amplifier ses pressions financières de bout en bout, en faisant planer son influence sur le circuit d'approvisionnement national et en essayant de faire chanter de temps en temps le gouvernement par la menace de la rupture de stock. Le ministre doit s'efforcer de créer un environnement concurrentiel et équitable pour tous les acteurs », a-t-il suggéré.

Relancer la SOCIR ?

Pour créer un équilibre et une concurrence sur le marché, Lewis Yola demande au nouveau ministre de relancer la Société Congolaise des Industries de Raffinage (SOCIR), anciennement une raffinerie importante, à l'arrêt depuis plusieurs années. Sa relance permettrait de réduire la dépendance du pays aux importations de produits pétroliers et de créer des emplois, estime-t-il.

« Les études de préfaisabilité pour relancer la SOCIR ont déjà été menées. Il ne reste que le recrutement au sein de la société et le début des travaux. Nous recommandons au nouveau ministre d'accélérer, ensemble avec son collègue du portefeuille, le processus du lancement d'appel d'offres, pour recruter une entreprise capable de relancer les travaux », a-t-il expliqué.

Suspendre les appels d'offres pour les blocs pétroliers

La RDC a lancé, en juillet 2022, les appels d'offres pour l'exploitation des 27 blocs pétroliers et 3 blocs gaziers. Plusieurs voix s'étaient levées pour dénoncer ce processus jugé entaché d'irrégularités et de manque de transparence. Pour Lewis Yola, le nouveau ministre doit suspendre les appels d'offres pour les blocs pétroliers, et mener une réforme approfondie du processus. 

« Nous n'avons pas compris le passage de 16 blocs pétroliers à 27, sans un débat préalable au conseil des ministres. Les données qui ont permis de lancer les appels d'offres en cours sont pour la plupart d'ordre géologique, et rarement géophysique. Aussi, les appels d'offres sont intervenus dans un contexte de divergences des points de vue entre le ministère des hydrocarbures et les organisations écologiques. Il fallait faire un très bon marketing au niveau international. Ce marketing n'a pas été à la hauteur malgré la signature d'un contrat avec une entreprise européenne de marketing », a-t-il conclu.

Ce chercheur suggère également au ministre Molendo Sakombi d'améliorer l'attractivité des blocs pétroliers, en fournissant des données géologiques et géophysiques fiables et en garantissant un accès facile aux zones d'exploitation.

Bruno Nsaka