Breaking news

Pourquoi le développement à long terme et le renforcement de la résilience sont essentiels à la sécurité alimentaire et à l'adaptation au changement climatique en RDC
Mercredi 9 novembre 2022 - 06:38
Rebecca tient des cacahuètes qu'elle a récoltées à Kabalo, en République démocratique du Congo, dans le cadre d'un projet de paix PAM-FAO. Photo : PAM/Arete/Fredrik Lerneryd
Rebecca tient des cacahuètes qu'elle a récoltées à Kabalo, en République démocratique du Congo, dans le cadre d'un projet de paix PAM-FAO. Photo : PAM/Arete/Fredrik Lerneryd

Par Peter Musoko, Représentant et Directeur Pays du PAM RDC

La République démocratique du Congo (RDC) est l'un des pays les plus fertiles de la planète, avec le potentiel de nourrir tous ses habitants et d'exporter des produits alimentaires. Le pays compte environ 80 millions d'hectares de terres arables - la deuxième plus grande surface cultivable au monde après le Brésil - ainsi qu'environ 50 % des ressources en eau du continent.

Le Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations Unies en RDC aide le pays à faciliter le travail avec les petits exploitants agricoles, à prévenir la malnutrition chez les mères et les enfants, à renforcer les moyens de subsistance des femmes et à soutenir les initiatives des jeunes. Le PAM possède une expertise technique en matière de sécurité alimentaire, d'adaptation et d'urgences, et c'est ainsi que nous pouvons soutenir le gouvernement de la RDC et le peuple congolais.

65 millions de personnes en RDC vivent en milieu rural, dont plus de 65% sont des jeunes et la pauvreté touche 72% des ménages ruraux. L'agriculture et les activités connexes fournissent des moyens de subsistance à près de 75 % de la population. Cependant, selon les résultats du dernier Cadre intégré de la classification de la sécurité alimentaire (IPC), 26 millions de personnes en RDC sont actuellement en situation d'insécurité alimentaire sévère, ce qui fait de la RDC l’une des plus grandes crises de la faim au monde. La faim y est provoquée par de mauvaises récoltes, des déplacements de populations dus à la violence, des maladies, le chômage et l'effondrement des infrastructures.

Malgré les niveaux élevés d'insécurité alimentaire en RDC, ce pays possède le potentiel agricole le plus élevé d'Afrique.  Le pays bénéficie de l'un des climats les plus favorables au monde pour l'agriculture et de sols fertiles, et pourrait nourrir plus de 2 milliards de personnes avec un investissement approprié. La RDC a le potentiel démographique pour changer la situation de la faim - sa population devrait atteindre 200 millions d'habitants d'ici 2050, et actuellement, 65% de sa population est âgée de moins de 25 ans. Relever les défis de la sécurité alimentaire en RDC permettrait d'ajouter plus de 5 milliards de dollars au produit intérieur brut/PIB du pays. En effet, aujourd'hui, le pays perd plus de 8 % de son PIB parce qu'une proportion importante de la main-d'œuvre active ne réalise pas son potentiel en raison de la malnutrition.

Le Président Félix Tshisekedi a récemment réitéré son engagement à faire de l'agriculture l'épine dorsale de l'économie de la République démocratique du Congo. S'exprimant au Sud-Kivu, il a déclaré : "Je vous assure de mon engagement à faire toujours plus pour le développement du secteur agricole. Je le répète, ici aussi, il est temps que le sol prenne sa revanche sur le sous-sol", a déclaré le Président Tshisekedi. "Nous sommes sur la bonne voie (...) Je peux vous assurer qu'aucune province de la République démocratique du Congo ne restera en marge de ce processus vers l'autosuffisance alimentaire", a-t-il poursuivi.

"La revanche du sol sur le sous-sol", telle est la vision du Président qui veut faire du secteur agricole un secteur clé pour une économie forte et durable.

Les chocs et les risques liés au changement climatique ont ajouté une pression supplémentaire sur les moyens de subsistance des populations, contribuant à leur exposition croissante à la pauvreté et à l'insécurité alimentaire. Le secteur agricole des petits producteurs est particulièrement touché par les chocs climatiques et autres événements météorologiques extrêmes, qui se traduisent par des saisons des pluies plus courtes et plus imprévisibles. Les mauvaises pratiques agricoles et les activités minières contribuent à des taux élevés de déforestation et de perte de biodiversité, ce qui a un impact négatif sur les communautés dépendant des ressources naturelles, les groupes autochtones et les femmes qui dépendent fortement des secteurs agricoles.

En outre, 5 millions d'enfants sont malnutris, ainsi que 800 000 mères et filles enceintes et qui allaitent. Selon les derniers résultats de l'IPC, le taux de malnutrition aiguë globale est supérieur à 10 % dans cinq zones de santé, dont deux situées au Sud-Kivu et au Tanganyika. La RDC continue de connaître un conflit et une insécurité prolongés, notamment dans l'est du pays et dans les provinces du Kasaï, ce qui contribue à des déplacements de population à grande échelle, perturbe les activités agricoles - les gens étant contraints d'abandonner leurs terres - et entrave l'accès aux marchés, aux écoles et aux soins de santé. Le nombre de personnes déplacées en RDC est de 5,5 millions, tandis que plus de 900 000 Congolais sont réfugiés dans les pays voisins.

Malgré l’importante présence de l'insécurité dans le pays et les défis qui y prévalent, il existe également des zones de stabilité relative où un soutien aux moyens de subsistance est nécessaire. Dans ces zones, le PAM, la FAO et l'UNICEF mettent en œuvre des activités de renforcement de la résilience qui ciblent les personnes qui retournent dans leurs milieux d’origine, les familles d'accueil et d'autres personnes vulnérables.

Actuellement, le projet de résilience du PAM cible 100 000 ménages, bénéficiant à 500 000 personnes dans le Tanganyika, le Nord-Ubangi et le Sud-Ubangi, le Nord et le Sud-Kivu, avec des fonds fournis par les gouvernements de Suède, de Norvège, d'Allemagne et du Canada.

Le pisciculteur Masuisse, dans le village de Kinduti en RDC, participe à un projet de résilience soutenu par le PAM. Photo : PAM/Castofas
Le pisciculteur Masuisse, dans le village de Kinduti en RDC, participe à un projet de résilience soutenu par le PAM. Photo : PAM/Castofas

Dans le cadre de cette approche intégrée de la résilience, le PAM collabore avec la FAO pour atténuer les effets négatifs des risques environnementaux et sociaux dans des programmes conjoints de résilience. Les activités liées à la résilience et aux moyens de subsistance ont encouragé le reboisement afin de favoriser l'autonomisation économique des femmes et des familles. Au Nord et au Sud-Kivu, 993 ha ont été reboisés et entretenus par plus de 5 000 ménages. Dans le Nord et le Sud Ubangi, 3 850 femmes ont planté des arbres (avocatiers, manguiers, orangers, acacia, moringa, etc.) pour promouvoir la diversité alimentaire et des pratiques plus respectueuses de l'environnement ainsi que la préservation des ressources naturelles. La promotion de fours de cuisson économes en énergie a aidé 1500 familles et a contribué à réduire la consommation de charbon de bois ainsi que l'exposition des femmes qui font face à des risques de protection liés à la collecte de bois de chauffage.

Dans le cadre du Programme national pour le développement agricole (PNDA) de 15 ans, piloté par le ministère de l'Agriculture de la RDC, le PAM s'associe à la Banque mondiale et apporte son soutien à la mise en place d'un mécanisme de financement des risques climatiques afin de protéger les petits exploitants agricoles contre les pertes liées aux chocs climatiques. En raison de leur niveau élevé de pauvreté et de leur isolement, les agriculteurs de la RDC sont particulièrement vulnérables aux impacts climatiques et aux autres chocs externes, tels que les sécheresses, les inondations, la chenille légionnaire d'automne et les invasions de criquets. Le PAM s'appuie sur son expertise en matière d'action climatique à travers l’Initiative en faveur de la résilience des communautés rurales (R4), qui est une approche phare de la gestion intégrée des risques climatiques aidant les petits exploitants à devenir plus résilients face aux risques climatiques. En 2021, le programme R4 a touché près de 395 000 ménages agricoles dans 15 pays. En RDC, le PAM fournit actuellement une assistance technique au gouvernement et au secteur des assurances pour concevoir un régime d'assurance indicielle agricole durable.

Conscients que les taux de reboisement de la RDC doivent être augmentés, le gouvernement de la RDC et l'Initiative pour la forêt de l'Afrique centrale (CAFI) ont obtenu une contribution financière importante lors de la COP-26 à Glasgow. Le fonds fiduciaire de 500 millions de dollars permettra d'investir dans des solutions innovantes pour lutter contre les facteurs de déforestation. Le PAM et la FAO ont travaillé ensemble pour proposer un ensemble complet d'interventions dans le cadre de l'appel à projets CAFI lancé en mai.

Grâce aux programmes de résilience inter-agences en RDC, la résilience des communautés et les chaînes de valeur agricoles sont renforcées. Le projet favorise également les liens entre l'action humanitaire, le développement et la paix suivant l'approche du triple nexus pour améliorer la sécurité alimentaire des populations les plus vulnérables. Le PAM, la FAO, l'UNICEF et les partenaires répondent simultanément aux besoins immédiats et réduisent les besoins à plus long terme par le biais d'interventions économiques, sociales, techniques et financières, qui revitalisent les économies locales, soutiennent les moyens de subsistance et renforcent la résilience des bénéficiaires face aux chocs et aux facteurs de stress.

L'objectif général de l'initiative est de promouvoir des communautés plus résilientes, avec une plus grande égalité des sexes et une plus grande cohésion sociale, en collaboration avec le gouvernement aux niveaux central et local. Elle vise à aider les petits exploitants pratiquant l'agriculture familiale à s'orienter vers une agriculture de marché, développe les capacités des petits exploitants à augmenter la quantité et la qualité de leur production, à améliorer les conditions de transport, de transformation et de stockage et à commercialiser leurs excédents à des prix rémunérateurs et réduit les inégalités entre les sexes tout en renforçant l'autonomie des femmes.

En termes de résultats, pour ne prendre que l'exemple du Tanganyika, de nombreux résultats ont été obtenus, notamment : la création de 34 comités de paix villageois, de 20 comités d'alerte précoce, de 168 clubs Dimitra et de plateformes de dialogue communautaire pour améliorer la cohabitation pacifique entre les groupes ethniques Twa et Bantou, ce qui a accru la collaboration intracommunautaire et renforcé la cohésion sociale.

Les succès commencent à faire surface : six mille femmes ont reçu une formation d'alphabétisation fonctionnelle, dont 28% ont bénéficié d'activités génératrices de revenus supplémentaires (AGR). Plus de 90 % des femmes des sites du projet déclarent avoir le sentiment que leur statut et leur condition dans la communauté se sont améliorés grâce au projet.

Plus de 88% des organisations paysannes (OP) ont accès à 348 associations villageoises d'épargne et de crédit établies et opérationnelles. À ce jour, 88 480 USD ont été épargnés et 38 685 USD de crédit ont été accordés aux membres pour soutenir les AGR.

Grâce à la création de 141 champs-écoles pour agriculteurs, 90 % des petits exploitants agricoles ont adopté et mis en pratique des pratiques agricoles améliorées, ce qui a permis d'accroître la productivité agricole.

La réhabilitation de 184 km de route de desserte et la construction de 237 actifs communautaires (entrepôts, marchés, centres d'alphabétisation, dalots de drainage) ont permis d'augmenter la production des petits exploitants, de réduire les pertes post-récoltes et de stimuler la participation au marché.

Tous ces résultats et bien d'autres ont été obtenus en collaboration avec le gouvernement de la RDC (en particulier aux niveaux provincial et territorial) et les partenaires de coopération, y compris les organisations non gouvernementales (ONG) nationales et internationales.

Il apparaît clairement que le soutien à la production agricole et au développement de la chaîne de valeur, l'un des piliers du projet, est essentiel à la sécurité alimentaire en RDC.

Dans ce pays - qui connaît une saison des pluies de 9 mois - nous avons un long chemin à parcourir pour assurer la sécurité alimentaire. Alors que les dirigeants et les experts du monde entier se réunissent en Égypte cette semaine pour la COP27, il est important de se rappeler le rôle que la RDC peut jouer pour montrer l'exemple et ouvrir la voie au changement climatique à l'avenir.

 

No front page content has been created yet.
Follow the User Guide to start building your site.

Dans la meme catégorie

Vidéo

A la une