Catégorie
ACTUALITE.CD

 

Le ministre de la santé , Dr Oly Ilunga, a confirmé l'apparition du premier cas positif à la maladie à virus Ebola dans la ville de Goma , rassurant que le risque de propagation de la maladie dans le reste de la ville est "faible".  

"Il est important que la population garde son calme. En raison de la rapidité avec laquelle le patient a été identifié et isolé, ainsi que l’identification de tous les passagers du bus en provenance de Butembo, le risque de propagation dans le reste de la ville de Goma reste faible.", a déclaré le ministre, dans un message officiel, la soirée de ce dimanche 14 Juillet 2019.

Le cas confirmé est un pasteur originaire du Sud-Kivu , qui est arrivé à Goma ce dimanche 14 juillet 2019 après un court séjour à Butembo, où il prêchait dans une église.

Dans cette ville considérée comme l'actuel épicentre de l'épidémie, le prédicateur protestant imposait "régulièrement" les mains aux chrétiens, y compris les malades. Ses premiers symptômes sont apparus le 9 juillet alors qu’il était toujours à Butembo. Il a été suivi par un infirmier à domicile jusqu’à son départ en bus pour Goma le 12 juillet, indique le ministre.

"Dès son arrivée à Goma ce dimanche matin, il s’est rendu dans un centre de santé pour continuer son traitement. Les infirmiers et médecins du centre de santé ayant reconnu les symptômes d’Ebola ont immédiatement alerté les équipes de riposte à Goma qui l’ont transféré au Centre de Traitement Ebola. Vers 15h, le résultat du test laboratoire ont confirmé qu’il était positif à Ebola.", poursuit le même responsable.

Depuis 8 mois , le ministère de la santé et l'Organisation mondiale de la santé (OMS) s'étaient préparées à riposter face à l'épidémie, qui a déjà fait plus de 1600 décès au Nord - Kivu et en Ituri.

En raison du flux important de voyageurs venant des zones touchées par l’épidémie, le ministère de la Santé et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) s'étaient préparés à riposte face à Ebola depuis 8 mois.

La détection rapide du premier cas dans cette ville de près de deux millions d'habitants "prouve l’efficacité des activités de préparation de la ville pour faire face à l’importation d’éventuels malades d’Ebola.", affirme Ilunga.

Les contacts à haut risque ont dores et déjà été identifiés. La compagnie de transport, propriétaire du bus à bord duquel le pasteur a voyagé, a mis à la disposition des équipes de riposte le registre pour identifier tous les passagers du bus.

 

La vaccination des passagers et du conducteur du bus commencera dès lundi 15 juillet, annonce le ministère de la santé.

L'épidémie de fièvre hémorragique à virus Ebola est partie d'une bourgade du territoire de Beni le 1er août 2018, avant se propager vers la province de l'Ituri et vingtaine d'autres agglomérations. 

A ce jour , elle a déjà fait 1 655 morts dont 1 561 parmi les 2383 cas confirmés, d'après les derniers chiffres officiels.

 

Christine Tshibuyi