Photo ACTUALITE.CD

Corneille Nangaa, président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), a réagi aux sanctions lui infligées par les autorités américaines. Pas de communiqué ni conférence de presse. C’est sur son compte Twitter qu’il a  d’abord donné sa première réaction.

« Contrairement aux sanctions américaines, je n’ai jamais été associé à une quelconque œuvre de corruption. Avec mes collègues, nous avons agi suivant les orientations de la plénière de la CENI et sous le contrôle de l’Assemblée nationale », dit-il avant d’ajouter : « Nous sommes fiers d’avoir conduit ce processus qui a donné à la RDC sa toute première alternance démocratique depuis son indépendance ».

Au cours d'une interview accordée à ACTUALITE.CD, le président de la CENI a souligné le contexte dans lequel les élections se sont déroulées et a reconnu quelques faiblesses pendant le processus, mais aussi des forces à consolider.

« Sommes-nous en train de dire que tout était parfait ? Non, loin de là. Le processus électoral s'est déroulé dans un environnement difficile caractérisé par la méfiance entre acteurs. Il y a eu des faiblesses, pour lesquelles nous sollicitons l'indulgence des uns et des autres, mais également des forces qui nécessitent consolidation. L'alternance démocratique et pacifique tant attendue est une réalité. Nous rendons grâce à Dieu ».

Entre-temps, Nangaa et son équipe préparent l’élection des gouverneurs, qui est fixée au mercredi 10 avril. Ce scrutin avait été renvoyé à une date ultérieure sur décision de Félix Tshisekedi suite aux allégations de corruption dans les assemblées provinciales.

Catégorie