RDC : La SADC insiste sur la nomination d’un nouveau Premier ministre

La réunion des ministres des affaires étrangères de la SADC a pris fin ce vendredi 24 février avec plusieurs recommandations sur la RDC, dont la nomination en urgence...

La réunion des ministres des affaires étrangères de la SADC a pris fin ce vendredi 24 février avec plusieurs recommandations sur la RDC, dont la nomination en urgence d’un nouveau Premier ministre conformément à l’accord du 31 décembre.

Les ministres des affaires étrangères de la SADC appellent à la mise en application rapide de l’accord du 31 décembre, et souhaitent en urgence la nomination d’un nouveau Premier ministre.

« Féliciter le gouvernement, la Cenco, les partis politiques et les autres parties prenantes pour la poursuite des efforts visant à relever les défis politiques et sécuritaires. Encourager les parties prenantes de la RDC à finaliser les dispositions spécifiques pour la mise en œuvre de l’accord du 31 décembre 2016, en particulier la nomination du Premier ministre et président du conseil national de suivi de l’accord », ont dit les ministres des affaires étrangères de la SADC à l’issue de leur réunion du comité inter étatique sur la politique et la diplomatie.

Un sommet des chefs d’Etat en mi-mars

« Nous sommes venus entériner les projet des décisions préparés par le groupe des ambassadeurs, et pour préparer le sommet des chefs d’Etat qui aura lieu en mi-mars. Il y a eu environ seize décisions qui ont été proposées à l’entérinement des chef d’Etat », a déclaré le vice-premier ministre congolais en charge des affaires étrangères Leonard She Okitundu.

Des recommandations ont également été faites sur la situation sécuritaire en RDC, avec un constat « d’inefficacité » de la Monusco.

« A noter que le programme DDRRR doit être relancé d’urgence pour répondre aux besoins de ceux qui sont dans le camp des réfugiés, et aussi initier la réédition des éléments qui sont toujours engagés dans des combats (…) exhorter le gouvernement de la RDC à informer la SADC, en temps utile de l’assistance requise pour l’organisation des élections et pour la mise en œuvre de l’accord du 31 décembre », indique la déclaration finale des ministres des affaires étrangères

Stanys Bujakera

In this article

Join the Conversation

Please copy the string sI0kQd to the field below:

4 comments

  1. Claudy neloki Répondre

    En insérant dans les discussions une clause qui ne figure pas dans l’accord (la liste de candidats premier ministres) la MP cherche à gagner du temps.
    L’accord impose la COHABITATION néanmoins, le Président KABILA garde la main car c’est sa signature qui enterinera le choix du rassemblement. CHOIX DU RASSEMBLEMENT + SIGNATURE DU CHEF DE L’ÉTAT= CONSENSUS. Il ne faut pas d’après le compatriote Lokondo compliquer les choses simples.

  2. Paul Mwilambwe Répondre

    Le président Joseph Kabila est pris en otage par ses collaborateurs particulièrement John Numbi, il doit prendre ses décisions

  3. richard kas Répondre

    si kabila savaient qu’il est aussi une creature de Dieu qu’il respect l’accord pour invite les soulevement populaires

  4. Muanda Répondre

    La mp va payer ces calculs tres cher