RDC-élections : les raisons qui ont poussé certaines Kinoises à ne pas s’enrôler
Mardi 24 janvier 2023 - 17:30
Photo/ Actualité.cd
Photo/ Actualité.cd

La commission électorale nationale indépendante a fait savoir que l'opération d’enrôlement des électeurs dans la première aire opérationnelle va se poursuivre jusqu’au 17 février. Dans les rues de Kinshasa, l’une des 10 provinces concernées, le Desk Femme est allé à la rencontre des femmes qui n’ont pas encore obtenu leurs cartes. Chacune d’elles a avancé ses raisons. 

« Je suis allée la semaine passée dans un centre à Barumbu. J’étais déjà prévenue du nombre important de personnes qui y vont et des longues files d'attente. J’ai donc pris mes précautions pour arriver à 6 heures. Je ne pouvais pas imaginer que j’y resterai jusqu’à 14 heures sans obtenir la carte. Il y avait des personnes qui arrivaient après nous et j’ignore les raisons pour lesquelles les agents les faisaient passer. On nous parlait aussi des listes établies la veille. C’était fatiguant ! Je suis rentrée pour ne plus y retourner», explique Bijoux Mutabazi, 32 ans, coiffeuse et habitante de la commune de Kinshasa.   

Priorité aux politiques et futurs candidats à la députation

Depuis le lancement de l’opération, des acteurs politiques se font pour la plupart accompagner par leurs partisans pour se soumettre à l’exercice au niveau des centres. Cette réalité est parmi les causes qui ont découragé Francine Kadima, cinquantenaire et habitante de Kintambo. 

 « Nous sommes allées avec mes filles chercher nos cartes dans le centre d’inscription proche de notre domicile à Kintambo. Je ne voulais pas, mais mes filles m’ont encouragé à m’enrôler. Une fois sur place, à 11 heures, il fallait suivre les instructions des agents de la police et de la CENI. Une heure plus tard, un homme politique s’est présenté avec « sa base », environ 30 personnes. Ils ont été conduits à l’intérieur sans problème. Ils ont tous obtenu des cartes. Ils n’avaient pas encore terminé quand un autre futur député est venu avec sa base également. Le même nombre. Je vous dis que les agents leur ont donné la priorité sans tenir compte des personnes qui attendaient. C’est injuste ! A 16 heures, on ne pouvait plus avoir de cartes. Nous sommes rentrées et je n’y suis plus allée,» s'offusque Francine Kadima.   Chômer pour s’enrôler 

Une autre catégorie importante des femmes rencontrées par le Desk Femme et qui ne se sont pas encore enrôlées, concerne les vendeuses ambulantes et celles qui tiennent un petit commerce aux coins des rues.  Célestine, Thérèse, Mado et Solange en font partie.

Aux environs du rond-point huileries, Célestine Nsimba vend des beignets. « J'aimerais bien le faire. Mais mes proches ont sacrifié une journée entière pour s’enrôler. Je n’ai pas d’autres sources de revenus en dehors de ces beignets. Comment quitter la maison très tôt et rentrer tard juste pour une carte d’électeur ? Je vais attendre les tout derniers jours, j’espère qu’il y aura moins de monde et j’irais le faire sans traîner » confie la sexagénaire. 

Thérèse, Mado et  Solange sont vendeuses de légumes et d'avocats. Lorsqu’elles apprennent que la CENI a prolongé de 25 jours la durée de l'enrôlement, elles expriment leur satisfaction. « Dieu merci », lance Thérèse Mudila, la trentaine, qui vit à Kingasani (un quartier de la commune de Kimbanseke).

Et de poursuivre, « Je vends mes légumes toute la journée jusqu’à ce que tout le stock soit épuisé. Quand j’ai appris que l’opération d’enrôlement n’allait durer qu’un mois avec toute la lenteur dont on entend parler, j’ai résolu de ne pas m’y soumettre. Nous votons pour des politiques qui ne changent rien à notre quotidien. Cela ne méritait pas que j’y sacrifie ma journée. (…) J’irais le faire maintenant. J’irais m’enrôler pour avoir ma carte qui servira de pièce d’identité dès le week-end prochain ». 

A Mado Nsoki, qui vient de la commune de Makala d’ajouter, « je compte vraiment m’enrôler. Le temps ne m’était pas favorable. Mais comme la CENI a ajouté des jours, j’irais le faire. Merci à eux d’avoir pensé à nous ». 

Enfin, Solange Kankolongo plaide pour des sanctions envers les agents de police ou de la CENI qui acceptent des pourboires avant de faire passer ceux qui viennent s’enrôler.

« Quand on demande 3.000 francs congolais à une personne qui gagne 20.000 FC par jour pour lui permettre de s’enrôler plus vite, c’est injuste. Il faut des mécanismes pour sanctionner ces personnes au niveau des centres. Et même certains chefs de centre. Si la CENI ne le fait pas, nous autres allons souffrir même  pendant ces 25 jours.»

 Pour rappel, au total 3 millions 23 mille 532 soit 43% des femmes se sont enrôlées contre 57% ou 4 millions 68 mille 147 d’hommes au cours de la première période d’enrôlement, à savoir du 24 décembre au 22 janvier, selon Patricia Nseya, rapporteure de la CENI. Dans l’ensemble de la population congolaise, les femmes constituent 52%.

Prisca Lokale

No front page content has been created yet.
Follow the User Guide to start building your site.

Dans la meme catégorie

Vidéo

A la une