Procès Rossy Mukendi : pour les parties civiles, c'est l'ordre "à l'assaut, que le bon citoyen se retire" donné par Carine Lokeso le jour des opérations qui a poussé les policiers à commettre le meurtre
Mardi 7 décembre 2021 - 11:01
Le corps de Rossy Mukendi/Ph ACTUALITE.CD

La Cour militaire a débuté ce lundi 6 décembre les plaidoiries dans la cause sur le meurtre de Rossy Mukendi en foraine à la prison militaire de Ndolo. Ces plaidoiries vont se poursuivre ce mardi 7 décembre pour les parties Tokis Kumbo et Carine Lokeso à l'égard desquelles le ministère public, dans son réquisitoire, a sollicité la condamnation à 10 ans de servitude pénale pour violation des consignes, et d'une peine à perpétuité pour participation au meurtre. Les parties civiles saluent ce réquisitoire, et attendent leur condamnation aussi au paiement des dommages-intérêts.

Pour les parties civiles, Rossy Mukendi a été tué par les policiers à la suite de l’ordre donné par la commissaire supérieure adjointe Carine Lokeso.

"Dans nos conclusions, nous avons parlé des évidences obtenues pendant l'instruction que nous avons intitulées les évidences de la dynamique de l'instruction, et nous les avons fondées sur l'expertise du médecin légiste, de l'expert en balistique et des certains témoins. Sur ce point nous avons parlé le même langage avec le ministère public par rapport à l'implication de Tokis Kumbo comme prévenu dans cette cause et comme étant auteur matériel de la mort du feu Rossy Mukendi. Le plus important pour nous parties civiles, quand on vient devant une juridiction c'est pour obtenir réparation et ça à l'unanimité les parties civiles et le ministère public nous avons parlé le même langage. Et le ministère public a sollicité que nous bénéficions à hauteur de ce que nous avons demandé. Carine Lokeso c'est elle l'auteur intellectuelle du meurtre n'eut été son ordre à l'assaut que le bon citoyen se retire, on aurait pas connu ce dérapage avec ses éléments", a déclaré à ACTUALITE.CD, Me David Tshimanga.

S'agissant de la réparation sollicitée par les avocats de la famille et du mouvement citoyen Debout congolais, structure dont Rossy Mukendi était membre, le ministère public demande à la cour de déclarer les requêtes recevables et fondées.

" Entre l'infraction de meurtre par participation et le préjudice subi par les parties civile Yannick Arsène Tshimanga, Mireille Kanku Tshimanga, Kalanga Tshimanga Nathalie, mouvement Debout congolais, Mwa Kazadi Ngalula, Élysée Ngalula Mulamba, Cécile Ngudia Tshimanga et que d'autre part, leur constitution des parties civiles étant régulière, la cour dira recevable cette action introduite. Elle ne dira pas seulement cette action recevable mais elle la dira fondée et elle allouera exactement le montant qui vient d'être sollicité devant votre auguste cour", s'est adressé à la cour le Ministère public.

Lors des plaidoiries à l'audience de ce lundi 6 décembre les parties civiles composées des différents membres de la famille de Rossy Mukendi ainsi que le mouvement Debout congolais ont demandé une somme de 11 millions USD comme frais des réparations des dommages causés. Les parties civiles sont réparties comme suit : Kalanga Nathalie (2 M USD), Arsène Tshimanga (2 M USD), Kanku Mireille (2 M USD), Madeleine mwa Kazadi mère de Rossy (1 M USD), Elisée Ngalula Mulamba (1 M USD) et Cécile Ngudia Tshimanga (1 M USD). Ce qui fait au total 9 millions pour la famille.

Ivan Kasongo

 

No front page content has been created yet.
Follow the User Guide to start building your site.

Dans la meme catégorie

Vidéo

A la une