Albert Yuma après échange avec Sama Lukonde : « S'il veut réussir il faut qu'il commence par réformer la fiscalité, les régies financières et accentuer l'amélioration du climat des affaires »
La délégation de la FEC conduite auprès du PM par Alebrt Yuma/Ph ACTUALITE.CD

Les questions liées à la relance de l'économie nationale étaient au centre des échanges ce vendredi 26 février 2021 entre la Fédération des Entreprises du Congo (FEC) et le Premier Ministre Sama Lukonde Kyenge.

Au cours de cet entretien, Albert Yuma a rappelé au successeur de Sylvestre Ilunga Ilunkamba la nécessité de développer l'économie et doter le pays des moyens financiers nécessaires.

« On lui a dit que c'est une fonction qui a beaucoup de défis et qui tournera autour d'une seule priorité : développer l'économie parce que les missions lui confiées par le Chef de l'État Félix Tshisekedi la paix, la sécurité, l'éducation, le développement à la base, tout ça il faut une économie qui fonctionne pour avoir des recettes de pouvoir permettre à l'État d'agir. Donc, ce que nous lui avons dit, c'était une innovation magnifique que dans les consultations, il associe la FEC. Le Premier Ministre qui vient d'ailleurs du monde privé, ce que nous estimons que c'est une bonne chose pour l'économie, il a l'expérience du public mais aussi du privé donc il comprend nos préoccupations, fait de nous associer est un très bon signal. Il sait que c'est vers le secteur privé, vers nous qu'il faut venir, c'est avec nous qu'il doit travailler », a déclaré Albert Yuma.

Il y a lieu de procéder aux réformes du secteur en vue de maximiser les recettes de l'État.

« S'il veut réussir, nous sommes prêts à l'accompagner, nous lui avons dit, nous sommes là pour lui apporter notre soutien, s'il veut réussir il faut qu'il commence par réformer la fiscalité, réformer les régies financières qui aujourd'hui, ne sont pas une solution, peut-être le goulot d'étranglement. Il faut accentuer l'amélioration du climat des affaires ça passe par les réformes de la justice et des cadres législatifs. Il y a des textes qui se contredisent, qui empêchent le développement de l'économie. En ayant ces deux axes, il va pouvoir maintenant accélérer les trois secteurs importants le secteur minier qui doivent contribuer davantage le secteur industriel qui doit donner la valeur ajoutée locale donc les emplois et le secteur agricole et agros industriels qui seront les plus grands pourvoyeurs. Mais pour ces deux secteurs agricole et industriel les textes ne sont pas suffisamment bons. Il faut très vite dans le peu de temps qu'il a, prendre des textes rapidement dans ces secteurs qu'on a cités », a recommandé le président de la FEC.

Et d'ajouter : « Il faut pousser l'entrepreneuriat national, ce n'est pas seulement la sous-traitance, il faut faire comme en Afrique du Sud et ailleurs, pousser par des textes des lois les entrepreneurs nationaux parce que ce sont eux qui vont créer de l'emploi. On veut effectivement l'investissement étranger, on attend l'investissement étranger mais il doit se faire aussi avec des congolais qui créent des emplois, pas PME, pas seulement des commerçants, il faut des textes forts ambitieux, il faut absolument que ça se passe ».

Au premier jour de son entretien avec le Chef de l’Etat, Sama Lukonde avait déjà annoncé des réformes à venir notamment dans la fiscalité.

Lire aussi : Gouvernement : pour Albert Yuma, il ne faut pas nommer des membres qui vont apprendre leur travail en devenant ministres

Clément Muamba

 

No front page content has been created yet.
Follow the User Guide to start building your site.

Dans la meme catégorie

Vidéo

A la une