Catégorie
Jonathan Kombi

À 10 jours de la tenue des manifestations contre "la corruption, l'impunité, l'impuissance de la justice et des forces de l'ordre", annoncées par le Comité Laïc de Coordination (CLC), le conseiller de Moïse Katumbi en charge de la jeunesse sensibilise dans les rues de Goma.

Patrick Mundeke indique que ce sera l'occasion de faire entendre le cri de détresse des enseignants congolais qui revendiquent la mécanisation de tous les chevaliers de la craie, la prise en charge des enseignants non payés et des nouvelles unités ainsi que la majoration de leur salaire tel que promis par le président de la République.

Ce jeudi 9 octobre 2019, les enseignants des écoles conventionnées catholiques, protestantes, islamiques et non conventionnées ont décidé de radicaliser leur grève après une assemblée générale extraordinaire tenue à l'école des sourds, Ephata.

" Nous nous battons pour le bien-être des Congolais. Les enseignants, les élèves, les parents, voici une occasion pour vous de vous exprimer. Le 19 octobre va être une date qui va s'inscrire dans les annales de ce pays. Nous allons aussi parler ce jour des revendications sociales des parents congolais. Vous nous avez promis la gratuité, mais il ne faut pas que cette gratuité vienne tuer tout ce qui reste de l'éducation publique au Congo et, aujourd'hui, on dit que l'enseignant doit avoir 250 USD, donnez-les lui. Ils n'ont pas réclamé 15 000 (ndlr : USD) mais en attendant il y en a qui se servent 15 millions USD. Les enseignants, les parents, les élèves, soyez les bienvenus le 19 octobre prochain ", a dit Mundeke.

Parlant du passeport restitué à Salomon Idi Kalonda, conseiller principal de Moïse Katumbi, Patrick Mundeke a salué le progrès enregistré dans la décrispation du climat politique au pays mais pense qu'il y a encore beaucoup plus à faire.

"Ce n'est pas une surprise que le conseiller spécial Salomon Idi soit avec nous dans les rues du Congo, ce 19 octobre, pour dire non aux antivaleurs. Nous étions avec vous quand il était impossible pour le président Moïse d'arriver à Goma et de continuer son safari sur Goma, Butembo, Beni, Bukavu et partout ailleurs. Ce sont des problèmes pour lesquels nous continuons à nous battre parce que cette décrispation avance à pas de tortue", a ajouté Mundeke.

Le laïcs ont annoncé qu'ils marcheront avec bibles, croix et chapelets, symboles de la justice "en portant les calicots exprimant le refus du règne de la corruption, de l'impunité et l'absence de la justice". Cette initiative a vite été soutenue par l'opposition réunie au sein de la coalition Lamuka.

Jonathan Kombi