Kinshasa: Ipas renforce les capacités des étudiants de l'ESP sur les soins complets d'avortement centrés sur la femme

Photo/ Droits tiers
Photo/ Droits tiers

L'ONG internationale IPAS a organisé, le 5 juin 2024, un atelier de renforcement des capacités des apprenants de la deuxième promotion en management de santé sexuelle et reproductive de l'École de santé publique de l'université de Kinshasa (ESP Kinshasa).

Cet atelier, d'une durée de deux jours, vise à les outiller sur la mise en œuvre du Protocole de Maputo dans le secteur de la santé, en particulier en ce qui concerne les soins complets d'avortement centrés sur la femme.

"Nous avons fourni aux participants des informations utiles sur le cadre juridique de l'avortement en RDC, avec l'intervention du conseiller à la Cour de cassation », a déclaré le Dr Erasme Kidikuadi, conseiller en système de santé chez Ipas et animateur de l'atelier. « Nous avons également abordé les normes et directives en matière de soins complets d'avortement centrés sur la femme qui sont appliquées à travers le pays."

Si IPAS note des avancées dans ce domaine, notamment la mise en place des normes et directives, le Dr Kidikuadi estime que cela ne suffit pas.

"Il faut s'assurer que ces services soient accessibles aux femmes qui en ont besoin, a-t-il insisté. Pour y parvenir, il est nécessaire de renforcer les capacités des prestataires, y compris ces apprenants. Il faut équiper les établissements de santé en matériels médicaux et non médicaux, y compris les médicaments. Il est également important de suivre les prestataires formés et de leur proposer un mentorat clinique en soins complets d'avortement centrés sur la femme. Enfin, il faut appuyer les missions de supervision à tous les niveaux, du national à la zone de santé."

Le choix de ces apprenants s'explique par le fait qu'ils seront amenés à coordonner les différents programmes de santé sexuelle et reproductive à l'issue de leurs études. « C'est pourquoi IPAS a souhaité partager son expérience avec eux afin qu'ils puissent implémenter son programme dans ce domaine », a expliqué le Dr Kidikuadi.

Au cours de cette première journée, les apprenants ont été formés sur :

(i) IPAS : ses missions, ses objectifs, ses champs d'action et ses provinces d'intervention

(II) Le cadre juridique de l'avortement sécurisé en RDC

(III) Les évidences ainsi que les normes et directives en matière de santé sexuelle et reproductive

(IV) La clarification des valeurs

Cette activité s'inscrit dans l'engagement continu d'Ipas à améliorer la santé sexuelle et reproductive des femmes en République démocratique du Congo. L'organisation œuvre depuis de nombreuses années pour promouvoir l'accès à des services d'avortement sûrs et de qualité et pour renforcer les capacités des prestataires de santé dans ce domaine.

Nancy Clémence Tshimueneka