Catégorie
ACTUALITE.CD

Il s’appelait Joseph Athanase Kabasele Tshamala. Il a une place de choix dans l’histoire de la musique congolaise et africaine. Il aurait 90 ans cette année. Né en 1930, Grand Kallé est mort le 11 février 1983 à Paris. 

ACTUALITE.CD s’est entretenu avec le Professeur André Yoka Lye Mudaba, écrivain, critique et Directeur Général de l’Institut National des Arts (INA) sur ce que représente ce baobab de la culture congolaise.

Joseph Kabasele, alias Grand Kallé est mort aujourd'hui 11 février 1983. Il restera, malgré certaines ingratitudes de notre histoire, le compositeur talentueux depuis les années '50, le chanteur de charme, l’intellectuel engagé, lumumbiste et panafricaniste. Sa chanson "Indépendance cha cha", hymne panafricain populaire s’il en fût, résume bien l’homme et l’artiste. N’oublions pas qu’à son retour à Kinshasa après la Table Ronde de Bruxelles, il a dénoncé l’emprise coloniale sur les droits d’auteur congolais et il a été parmi les fondateurs en 1969 de la SONECA (société des droits d’auteur congolais).

A la même époque, il crée sa maison d’Éditions, SURBOUM AFRICAN JAZZ et enregistre ainsi les meilleurs "tubes" de l’African Jazz,  mais aussi des autres orchestres, y compris Ok Jazz de Franco Luambo.  Kabasele a été le seul musicien congolais à s’opposer au culte de la personnalité du "Guide " Mobutu. Et lorsque il s’est senti forcé de chanter le "Président-Fondateur", il s’est exilé à Paris.

Kalle Jeef, c’est l’artiste du grand large, avec un répertoire riche aussi bien d’inspiration locale qu'étrangère, notamment celle de la musique afrocubaine et occidentale. 

Il laisse dans l’histoire l’héritage d’un Maître, celui d’un Tabu Ley ou d’un Bombenga, avec à la suite tous les épigones de son "école" artistique faite de romantisme, de rigueur orchestrale, de textes d’orfèvre. N’est-il pas considéré comme "le père de la musique congolaise moderne " pour avoir, entre autres prouesses innové sur la structure de l’orchestre congolais restée presque la même jusqu'à aujourd'hui. 

S’il y avait une journée africaine de la musique, la vraie part reconnaissante reviendrait à Kalle. Pour moi ,c'est le plus grand de tous les temps. Que l’on s’en souvienne !

Professeur André Yoka Lye Mudaba

Vidéo