Breaking news

RDC : 21 ans après la prise d’arme par le MLC, Bemba constate que le pays est toujours dans le « statu quo »

Vendredi 11 octobre 2019 - 16:51
Catégorie
Photo ACTUALITE.CD.

Le Mouvement de libération du Congo (MLC) a totalisé 21 ans d’existence, ce vendredi 11 octobre 2019. Jean-Pierre Bemba Gombo, son président national, a dressé, à cette occasion, un bilan « sombre » de la gestion du pays qui est resté dans le « statu quo » durant toutes ces années. En meeting à la place de la Poste, à Kisangani, Bemba a expliqué les raisons de la lutte armée menée par le MLC, alors mouvement politico-militaire.

« S’il faut que je fasse le bilan de ce que j’ai vu depuis 21 ans, c’est comme si nous sommes dans le statu quo, en stand-by. C’est vrai nous avons eu des élections mais les choix du peuple n’ont pas été respectés. En 1998, nous nous sommes battus pour la justice, mais si vous voyez ce que la Cour constitutionnelle fait dans notre pays, c’est la honte. Nous nous sommes battus pour que tous les Congolais aient droit à la justice mais ce n’est pas le cas. Dans la bonne gouvernance, les autorités sont appelées au respect des richesses de l’Etat. Mais, 21 ans plus tard, ce n’est pas le cas. Nous avons combattu la corruption au pays, mais aujourd’hui nous vivons les mêmes antivaleurs », a déclaré Jean-Pierre Bemba.

Avec à ses côtés, son épouse, Liliane Bemba, la secrétaire générale du parti, Eve Bazaiba, ainsi que des cadres de la coalition Lamuka, Bemba a indiqué que la lutte du MLC est désormais démocratique.

« Nous avons orienté notre combat vers la démocratie, nous allons continuer de nous battre aux côtés du peuple », a-t-il ajouté.

Le président du MLC est arrivé à Kisangani en provenance de Bruxelles. Le MLC considère Kisangani comme une ville importante de son histoire d’où était partie sa rébellion « avec 190 combattants » avant de conquérir le Bas-Uele et l’ex-province de l’Equateur.

A l’occasion de ce 21ème anniversaire, le MLC prévoit l’organisation des conférences et des formations de ses cadres.

Ernest Mukuli, à Kisangani