Breaking news

RDC / Procès du Colonel Mambweni : le bâtonnier du Kasaï Central dénonce une justice de "deux poids, deux mesures"

Samedi 3 août 2019 - 09:36
Catégorie
Le barreau du Kasai central, photo ACTUALITE.CD

L'ouverture devant la cour militaire de l'ex province du Kasaï Occidental du procès contre le Colonel Jean de Dieu Mambweni et consorts le vendredi 2/8/2019 pour leur participation présumée dans le meurtre des experts de l'ONU a fait réagir le bâtonnier du barreau du Kasaï Central qui note que malgré ce deuxième procès, l'impunité des crimes graves commis dans la région du Kasaï demeure à la case de départ.

" Il s'agit du même procès d'assassinat des experts onusiens qui a débuté il y a plus d'une année,  à la seule différence que  certains prévenus sont déférés devant la cour militaire tandis que d'autres devant le tribunal militaire de garnison. J'observe que ce procès est compté parmi les 8 cas prioritaires de crimes contre la paix et la sécurité de l'humanité inventoriés  pour le kasai central. Je continue à m'interroger  sur l'absence de progrès significatif dans l'instruction des autres cas qui concernent les compatriotes congolais victimes de viol collectif et de meurtres. J'espère que l'auditorat général des fardc qui a été saisi par une plainte de plus de 300 survivantes de viol collectif commis dans la localité mulombodi (Kananga)par un collectif de 20 avocats depuis le 31 juillet va faire évoluer la lutte contre l'impunité ", déclare Me Dominique Kambala.

Un nouveau procès s'est ouvert le vendredi 2/8/2019 dans le cadre du meurtre de deux experts de l'ONU le 12/3/2017 près de Bukonde au Kasaï Central.  Ce nouveau procès qui se tient devant la cour militaire de l'ex province du Kasaï Occidental voit comparaître trois agents de l'Etat parmi eux un colonel des Forces armées de la RDC (FARDC).

Les deux autres, José Tshibuabua et Thomas Nkashama sont des officiers de la direction générale de migration (DGM). Ils sont poursuivis pour leur participation présumée au meurtre de la suedo- chilienne Zaïda Catalan et de l'Américain  Michael Sharp en mars 2017.

L'audience de ce vendredi était consacrée à l'identification des prévenus et la présentation de leurs préventions.  La prochaine audience est fixée au vendredi 8/8/2019.

Sosthène Kambidi

Vidéo