Breaking news

Plus arrogant que Tambwe et Kinkiey tu meurs (Une chronique du Pr Voto)

Dimanche 28 juillet 2019 - 10:33
Catégorie
Tribune

ACTUALITE.CD donne la parole aux scientifiques, acteurs de la société civile et autres experts pour commenter et surtout expliquer l’actualité. Vous êtes professeur, vous avez déjà publié un ouvrage sur votre domaine d’expertise, vous pouvez soumettre gratuitement votre tribune pour publication sur ACTUALITE.CD. Envoyez vos textes à [email protected] 

Aujourd'hui, on vous propose cette chronique du professeur Adolphe Voto.

Ils ne sont ni l’un ni l’autre muluba, mais ils en incarnent tous les  stéréotypes, au point de dépasser même les vrais baluba. Le nouveau président du Sénat, Alexis Tambwe Mwamba a un frère siamois  comportemental en la personne de Triphon Kinkiey Mulumba. Ils se ressemblent étrangement par leurs noms d’origine luba, leur goût du luxe, leur arrogance, leur discours méprisant, leur démarche recherchée avec une main toujours dans la poche, mais aussi leur parcours politique extraordinaire.

NOMS D’ORIGINE LUBA Mwamba n’est pas muluba, il est du Maniema. Mulumba non plus n’est pas muluba, il est du Bandundu. Mais le destin a voulu leur donner des noms luba dont ils ont incarné le profil et les stéréotypes. Lorsqu’on pose la question à Triphon sur les origines de son nom, il ironise que certainement un aventurier luba est passé par le Bandundu à l’époque. Il semble que les noms que nous portons déterminent notre comportement et notre destin. 

PARCOURS POLITIQUES SIMILAIRES ATM  et KKM ont été tous deux des collaborateurs de Mobutu, ils ont été tous en exil avant de rejoindre le RCD Goma, ils ont tous deux combattu Mzee Laurent Désiré Kabila avant de devenir des  proches de son fils, Joseph Kabila. La proximité avec le fils aura été si forte au point de faire oublier tous les discours acerbes développés envers le père. Triphon est devenu carrément ‘’amoureux’’ de Joseph avec son Kabila Désir ou Kabila totondi yo nanu te. Quant à Alexis, c’est  le nouveau oncle national que Joseph a découvert après Emmanuel Ramazani Shadari et devient l’homme en qui Kabila a le plus confiance aujourd’hui, après que Shadari et Boshab se soient montrés défaillants en ne se faisant pas  élire. C’est lui qui est désormais chargé d’assurer l’avenir politique du Raïs avec le soutien de Jeanine Mabunda.    

DES ACCROBATES EN POLITIQUE Triphon et Alexis font preuve  d’une capacité extraordinaire de rebondissement en politique. N’étant très plongés dans la masse qu’ils regardent d’en haut, ils s’imposent néanmoins comme  personnalités au sein de la classe politique. Le parti de Kinkiey n’existe qu’à Kinshasa et dans son Masimbanimba natal. Premier à soutenir le troisième mandat de Kabila, il sera aussi le premier à quitter la barque pour déclarer sa candidature à l’élection présidentielle de 2018. Alors que tout le monde trouvait dans sa démarche une aventure sans lendemain, il offre son soutien à Félix Tshisekedi qui sera élu. Aujourd’hui, Kinkiey peut espérer retourner sans problème au gouvernement pendant que d’autres  proches de Kabila ne sont pas assurés d’être reconduits. Selon l'Udps, Tshisekedi devrait choisir entre trois noms pour chaque poste. Quant à Tambwe Mwamba qui n'appartient à aucun parti politique, Joseph Kabila l’a préféré comme Président du Sénat face aux autres candidats qui ont pourtant apporté des députés au Fcc. Lui qui n’a presque rien apporté, il est désormais la deuxième personnalité politique du pays et peut devenir Président de la République à tout moment. 

LUXE ET PRESTIGE Nos deux ‘’baluba’’ savent vivre. Ils ont le gout du luxe. Ceci se traduit par leurs villas huppés, leurs voitures derniers cris et leurs vêtements toujours catalogués. Tambwe Mwamba ne débossèle pas  de voiture. En cas d’accident, la voiture est simplement remplacée par une autre de même couleur. Quant à Kinkiey, son gout pour les voitures de luxe remonte de l’époque de Mobutu où il roulait déjà une jeep Mercedes qui a couté une fortune. C’est cette jeep dont Mzee a hérité après que le propriétaire ait traversé le fleuve Congo en pirogue et qu'il a converti en voiture présidentielle. Cette Mercedes va inspirer tous les officiels en commençant par Joseph Kabila et deviendra le symbole de  réussite et de différenciation sociale pour les hommes politiques congolais. Chacun veut en avoir pour démontrer de son appartenance à la classe. 

L’ARROGANCE  Tambwe et Kinkiey  sont connus aussi pour leur arrogance. Ceci se traduit dans leur démarche recherchée et dans leur posture. Ils ont toujours l’air suffisant avec une main dans la  poche en public. Si Kinkiey se permet de temps en temps de saluer les gens en face de lui, il faut avoir assez de chance pour que Tambwe Mwamba vous serre la main. Souvent, un hochement de tête avec un petit sourire au coin de lèvre suffit. Leur attitude méprisant vis-à-vis des autres est au point que tous les deux appellent le personnel domestique par une clochette et non par leurs noms. Kinkiey Mulumba est surnommé par ses voisins du quartier à Upn ‘’Mumbala vantard’’ pour rappeler ses origines ngwashi. Tambwe Mwamba ne parle pas lingala, c’est une langue des voyous kinois. Il ne touche pas au franc congolais, c’est une monnaie des pauvres. A la veille des élections du président du sénat, il rend visite aux cadres du Pprd et prend la parole pour leur dire : ‘’Je ne suis pas du Pprd, c’est la première fois que je vienne ici, et je crois que c’est la dernière fois… J’ai un secret avec Joseph Kabila, ne me demandez pas lequel.’’ Malgré ce discours méprisant, ces députés l’ont soutenu jusqu’à la victoire. 

UNE FORMATION SOLIDE Mais il faut reconnaitre qu’Alexis Tambwe Mwamba et Kinkiey Mulumba doivent leur ascension sociale à une bonne formation et un bon parcours professionnelle. Ils ont tous deux une expertise avérée, fruits d’une bonne formation à l’extérieur du pays et d’une carrière professionnelle constante et soutenue. Alexis a étudié à l’université de Bujumbura avant de parfaire ses études en Belgique. En dehors de la politique, il tient un grand cabinet conseil qui traite aussi des grosses affaires de l’Etat. Kinkiey a fait l’école de journalisme en France avant de lancer à Kinshasa, le plus grand journal de la place, Le Soft qui lui a ouvert des portes de la cour de Mobutu. Ce sont donc des bosseurs qui savent où ils vont et c’est ce qui leur donne toujours la possibilité de rebondir et de s’imposer.