Catégorie
Photo ACTUALITE.CD.

Seth Kikuni a déposé ce mercredi 17 juillet une plainte au parquet général près la cour d’appel de Kinshasa Gombe contre le président de la Fédération Congolaise de Football Association (FECOFA), Constant Omari Selemani pour imputations dommageables. Seth Kikuni avait annoncé des poursuites contre la FECOFA et son président Constant Omari pour non-respect du contrat de sponsoring signé le 22 mai pour la campagne CAN/Egypte 2019. Joueurs et staffs des Léopards (65 personnes) devraient être habillés par la marque Özel Trendz de KMSI pour un montant global de 77 000 dollars américains.

Pour son avocat maître Théodore Ngoy, le dossier du  non-respect de contrat n’a pas encore fait l’objet d’une plainte puisqu’en attente d’un arrangement à l’amiable mais c’est plutôt les propos injurieux de Constant Omari  à l’encontre de Kikuni qui ont conduit ce dernier devant la justice.

« Nous sommes ici pour l’affaire Seth Kikuni contre Constant Omari. L’affaire KMSI contre la FECOFA a fait l’objet d’un écrit de ma part demandant à la FECOFA d’appliquer le règlement à l’amiable. Nous n’avons pas encore reçu de réponse à notre courrier.  L’affaire Seth Kikuni contre Constant Omari concerne les imputations dommageables commises par monsieur Omari. Monsieur Seth Kikuni a livré les articles comme convenus, il a ordonné aux joueurs de ne pas porter les articles délivrés par un con et un voyou. Monsieur Omari n’a pas seulement porté atteinte à l’honneur et la considération de monsieur Seth Kikuni, il a déshonoré même la République parce qu’il parlait à partir de l’Egypte avec à sa gauche le ministre des sports, qui n’a rien dit et sa droite l’ambassadrice de la RDC en Egypte, et il se met à imputer les faits précis à un ancien candidat président de la République, directeur général de son entreprise avec qui il a signé un protocole d’accord (…) mais monsieur Omari sans se maîtriser  parce qu’il était peut-être en colère contre quelque chose a préféré non seulement l’injure mais aussi l’imputation dommageable, l’humiliation, rabaisser les autres c’est cela monsieur Omari », a déclaré Théodore Ngoy au sortir du parquet.

Me Théodore Ngoy estime qu’il y a une jurisprudence sur laquelle la justice peut s’appuyer.

« Il parlait comme président de la FECOFA et j’ose espérer que le parquet va se souvenir qu’il y a un autre congolais qui avait porté les coups contre une citoyenne congolaise au Kenya et que cette personne a été même placée en détention (Ndlr Koffi Olomide contre une danseuse au Kenya) parce qu’il avait non seulement victimisé la personne mais aussi porté un coup contre la réputation du pays et c’est le cas de monsieur Omari. Il faut que le parquet mène une instruction rapide et fixe l’affaire devant la cour d’appel compétente », a-t-il dit.

Les copies des différents journaux ayant relayé les propos et même la vidéo dans laquelle Constant Omari parlait de Seth Kikuni ont été amenées devant la justice pour faire preuve.

« Nous avons déposé la plainte, elle a été réceptionnée aujourd’hui même. Nous allons donc être entendus. Monsieur Seth Kikuni va confirmer sa plainte sur PV. Une fois que le dossier va être attribué à un magistrat par le procureur et l’affaire va suivre son cours. Nous allons travailler pour que l’instruction aille vite. L’instruction a pour but de réunir les preuves. Nous avons remis 10  copies des journaux, une clé USB contenant les propos de monsieur Omari donc l’instruction va aller trop vite et l’affaire pourrait être fixée très bientôt devant la juridiction compétente », a fait savoir l’avocat.

Contexte

Le tweet de Seth Kikuni après le match perdu par la RDC contre l’Ouganda avait provoqué la colère de Constant Omari qui, dans une réunion avec les joueurs, avait décidé de rompre verbalement le contrat avec KMSI, traitant Seth Kikuni de “petit con”.

“Conflit interne, irresponsabilité, manque de professionnalisme et poursuite de l'intérêt personnel des cadres influents de la FECOFA ont créé hier soir des frustrations graves au sein de l'équipe nationale pourtant motivée. Ils ont tout saboté. Ibenge n'y est pour rien”, avait écrit sur Twitter le 22 juin, Seth Kikuni.

Thérèse Ntumba et Fonseca Mansianga