Catégorie
Affaire mineure violée

Treize élèves de l’école Révérend Kim cités dans le dossier du viol collectif sur leur camarade de 13 ans (élève de la même école) ont  été renvoyés définitivement y compris la victime. Selon le préfet Rolly Mandiangu, cette décision a été prise avant le 02 juillet pour sanctionner tous les élèves qui ont terni l’image de l’école. 

Affaire mineure violée

La décision était déjà prise, nous avons décidé d’écarter les élèves impliqués dans l’affaire qui ont terni l’image de l’école,” explique le préfet de l’établissement tout en ajoutant “nous avons attendu la date du 02 juillet pour communiquer. Bien que la justice ait interpellé certains élèves, l’école a pris la décision de renvoyer tout le monde. Nous estimons que tout enfant présent  dans cet appartement de la Gombe le 17 mai à l’insu des autorités où ils ont organisé une réjouissance qui s’est soldé par ces actes que nous avons qualifié de barbarie est sanctionnable. C’est ainsi que nous avons renvoyé les 14 enfants”  conclut Rolly Mandiangu, le préfet de l’école.

Et pour savoir si la décision aurait pu  épargner la victime, Rolly Mandiangu donne des précisions. “La victime est sanctionnable parce qu’elle a touché aux articles 15 et 38 de notre règlement intérieur. Le fait de se déplacer et de se rendre dans cet appartement de son propre gré fait qu’elle soit sanctionnable autant que les autres qui s’y sont rendu à l’insu des autorités,” précise le préfet.

Pour rappel, l’événement a s’est déroulé le 17 mai, jour férié, dans un appartement de la commune de la Gombe. La victime aurait été droguée et les scènes de l'acte ont été filmées. Le tribunal pour enfants siégeant à la Maison communale de Kinshasa a rendu son verdict le 17 juin condamnant deux des mineurs violeurs. L’un a été condamné pénalement et civilement, ses parents vont payer une somme de 10.000 dollars américains comme dommages et intérêts. L’autre considéré comme cerveau moteur  de l'affaire ne fera pas la prison mais ses parents doivent également payer 10.000 dollars. Les cinq autres ne sont pas concernés notamment ceux qui ont doigté la fille et ceux qui ont introduit leurs verges dans sa bouche, avaient déploré les avocats de la victime avant d’aller en appel.

Prévu initialement pour le 24 juin, le procès en appel a été reporté pour le jeudi 27 à la prison centrale de Makala à 9 heures suite à l’absence des 4 enfants impliqués dans le dossier. Jeudi 27 après un incident survenu au cours de l’audience, le procès a été de nouveau reporté au 04 juillet prochain.

Prisca Lokale