Corneille Nangaa, président de la CENI

L’annonce du report des élections au mois de mars 2019 pour les circonscriptions de Beni, Butembo (au Nord-Kivu) et Yumbi (Maï-Ndombe) a fait réagir la population de Kinshasa. Interrogés à ce sujet par le Journal Du Citoyen, certains Kinois se disent confus par cette décision de la Commission électorale nationale indépendante (CENI).

« C’est inconcevable ! Vous organisez les élections dans certains territoires et laissez les trois autres. La publication des résultats va se faire au mois de janvier alors que les élections vont se tenir dans ces trois territoires au mois de mars 2019. Comment vont-ils s’arranger pour publier au mois de janvier les résultats du mois de mars ? Nous attendons qu’ils nous disent la vérité », dit Félicien.

«Ils ont écarté Beni, Yumbi et Butembo, actuellement fiefs de l’opposition. Quand ils disent ça, c’est pour fragiliser l’opposition et je ne suis pas d’accord avec ça », déclare Pablo.

«Je pense que tout devait se faire au même moment. Sinon c’est du désordre ! Les élections devraient se faire au même moment sur toute l’étendue nationale», commente Blandine, tenancière d'une cafétaria.

«Que Nangaa nous dise s’il y aura élections ou pas. Quand on organise les élections, ça doit se faire dans toute la République. Si là-bas (à Butembo, Beni et Yumbi Ndlr) on ne vote pas, moi aussi je ne voterai pas ce jour-là », déclare Laurène.

«Pour moi, le président de la CENI doit démissionner. Ça ne peut pas se faire. Organiser les élections dans la capitale et reporter pour les autres territoires. Que Nangaa démissionne et nous irons à  une transition sans Kabila», ajoute John, vendeur des cartes prépayées.

Par Noëlla Sango, Israël Longomo et Prisca Lokale

Catégorie