Breaking news

Escroquerie : Rakeen Congo réclame la restitution de ses concessions

Vendredi 21 octobre 2016 - 09:35
Catégorie

C'est l'actuel comité de gestion de RAKEEN CONGO dirigé par ALKARIM JAMAL qui fait cette dénonciation pointant du doigt accusateur le précédent comité de gestion, qui aurait bénéficié de la complicité de certaines autorités au niveau du gouvernement et de la police, pour spolier deux de trois terrains de RAKEEN CONGO à kinshasa.

Maswa Papy Michael, conseiller dans l'actuelle coordination, de RAKEEN CONGO s'est confié au micro de ACTUALITE.CD

<strong>C’est quoi Rakeen Congo ?</strong>

RAKEEN est un groupe d'origine Emirates Arabes Unis avec des partenaires canadiens, chapeauté par le Cheikh de Ras el Khaïmah d'Emirats Arabes unis. Ce projet s’élève à plus de 200 millions USD. Il concerne l’immeuble inachevé se trouvant à la Gare centrale, une concession se trouvant sur l’avenue Nzongotolo en face du Palais de justice et une autre sur le Boulevard du 30 juin là où il y a l’ex- Lac et aussi à Ngaliema (Ref: CHANIC).

Les partenaires du RAKEEN CONGO c'est un Groupe Multinational, dont les investissements sont directement affilié avec plusieurs sociétés en Emirates Arabes Unis, Canada, Tanzanie et Kenya.

<strong>Aujourd’hui, Rakeen se trouve au cœur d’un conflit sur deux de ces concessions. C’est quoi le problème ?</strong>

Il S’agit d’un groupe d’aventuriers qui exploitent mal la bonté des autorités. Ce groupe dénommé VANDOM IMMOBILIER (étroitement associé à Groupe SOCIMEX) se dit être propriétaire d’une de nos concessions. Je rappelle qu’il existe un protocole d’accord à travers lequel le gouvernement de la RDC a cédé ces concessions au Groupe Rakeen. Aujourd’hui, ce groupe conduit par Monsieur IBRAHIM ISSAOUL se réclame propriétaire de la concession située sur l’Avenue Zongotolo. Il y a aussi un autre problème avec la RAWBANK dit également avoir acheté la concession se situant sur le Boulevard du 30 juin. (EX-LAC)

<strong>Comment se problème s’est-il produit ?</strong>

Tout ce que je peux dire ce qu’il s’est arrangé avec des membres du gouvernement et certaines autorités de la police et de la justice avec des faux documents. C’est de l’escroquerie. Les trois concessions ont été mises à la disposition de Rakeen. Le président de la république lui-même à inauguré notre projet.

<strong>Quand est-ce que ce problème a débuté ? </strong>

Le problème a débuté avec le précédent comité de gestion qui a connu beaucoup des problèmes. Il y a eu détournement en plus des problèmes politiques. Ce qui a freiné le projet. En 2012, nous nous sommes rendu compte que tous les rapports présentés au roi n’étaient pas corrects. Cet alors que le roi avec ses nouveaux partenaires va nommer un nouveau comité de gestion avec Monsieur Alkarim Jamal. C'est lui qui gère et représente Rakeen Congo. C’est en 2013 que le nouveau comité va se rendre compte de cette situation.

<strong>Quelles démarches menez-vous pour arriver à décanter la situation ?</strong>

La RDC est un Etat de droit. Toutes les concessions ont été acquises par Rakeen légalement et nous passons par la justice. Nous croyons en la justice congolaise. Nous avons déjà saisi le Procureur général de la République et toutes les cours. Nous sommes convaincus que Rakeen Congo sera remis dans ses droits.

<strong>Entretien avec Michael Maswa, conseiller de Rakeen Congo</strong>

<strong><em>Contexte</em></strong>

Pour rappel, Joseph Kabila, accompagné du prince Sheikh Saud bin Saqr Al  Qasimi de Emirats arabes unis, avait posé en 2008 la première pierre de la construction de l’hôtel Rakeen et de deux tours résidentielles dans la commune de la Gombe. Il s’agit du contrat de partenariat entre le groupe Rakeen des Emirats arabes unis et la RD Congo. Ce partenariat public privé signé le 18 juillet 2007 entre le ministère congolais des Travaux publics et Infrastructures et le groupe Rakeen prévoyait aussi la construction d’un complexe hôtelier de 5 étoiles en face du ministère des Affaires étrangères. Un complexe d’une capacité de 350 chambres, dans lequel il y aura également un centre de conférence internationale d’une capacité d’accueil de 2 000 places. Il est également prévu la construction de deux tours résidentielles à la gare centrale.

Propos recueillis par <a href="https://www.facebook.com/stanys.bujakeratshiamala?fref=ts">Stanys Bujakera</a>

Entretien à écouter ici.

<iframe src="https://w.soundcloud.com/player/?url=https%3A//api.soundcloud.com/track…; width="100%" height="450" frameborder="no" scrolling="no"></iframe>