RDC: une commission interministérielle instituée pour traiter les questions salariales des professionnels et administratifs de la santé
Photo d'illustration

Le Vice-Premier ministre, ministre de la Fonction publique, Modernisation de l'administration et Innovation du service public, le ministre d'État, ministre du Budget et le ministre de la Santé publique, Hygiène et Prévention, ont signé, le 16 juillet dernier, un arrêt interministérielle instituant une commission chargée de l'harmonisation des vues sur l'enveloppe salariale et l'alignement à la prime de risque des Médecins, Infirmiers, Administratifs et autres Professionnels de la santé des services publics de l'Etat.

Le Gouvernement a considéré nécessaire de procéder au rapprochement des données de gestion du corps médical des services publics de l'Etat en vue de la maîtrise des effectifs et de l'enveloppe salariale mensuelle, et de prévenir les remous sociaux par un examen minutieux des revendications socioprofessionnelles aussi  impliquer toutes les parties prenantes dans le traitement en amont des dossiers concernant la rémunération et l'alignement des nouveaux agents.

Ladite commission est structurée en trois parties dont la supervision, la coordination et les membres, en sus d'un secrétariat technique. La coordination a été chargée de rédiger le règlement d'ordre intérieur qui va fixer les attributions de chaque structure. La commission est subdivisée en quatre sous-commissions, notamment celle chargée des médecins, des professionnels de la santé non médecins,  des administratifs, des pharmaciens, chirurgiens-dentistes et médecins physiques.

Les membres qui siégeront dans cette commission sont les personnes désignées des cabinets du Vice-premier ministre, ministre de la fonction publique, modernisation de l'administration et innovation du service public; du ministre d'Etat, ministre du budget, du ministre de la santé publique, hygiène et prévention, des administrations des ministères précités, les ordres de médecins, infirmiers, pharmaciens et chirurgiens-dentistes ainsi que les représentants des syndicats du secteur de la santé. Ces derniers auront  des représentants allant de 2 à 8 pour chacun.

Les syndicats pris en compte sont: syndicat national des médecins (SYNAMED), syndicat des médecins (SYMECO), syndicat libre des médecins (SYLIMED), dynamique syndicale des infirmiers du Congo (DYSICO), solidarité syndicale des infirmiers et infirmières du Congo (SOLSICO), syndicat national des professionnels de la Santé licenciés, maîtrises et docteurs à thèse (SYNAPMS), syndicat des collectifs professionnels licenciés, maîtrises et docteurs à thèse, générale syndicale (GS), confédération syndicale du Congo (CSC), SYNAPETAS, syndicat national des licenciés, maîtrises et docteurs administratifs (SYNALIMAS), syndicat national des cadres, agents et employés de secteur des services (SYNCASS), confédération démocratique du Travail (CDT), congrès national des finances (CONFI), union nationale des travailleurs du Congo (UNTC), syndicat interprofessionnel pour la réforme de l'administration publique (SIRAP), syndicat national des pharmaciens du Congo (SYNAPHACO), syndicat national des chirurgiens -dentistes (SYNACHID) et syndicat national des médecins physiques et réadaptation (SYNMPR).

Les dépenses des travaux seront prises totalement en charge par le Trésor Public, précise le document.

Ceci fait suite à la grève déclenchée d'abord les professionnels non médecins ensuite les médecins depuis près de deux semaines à travers les hôpitaux publics en RDC. Ce jeudi 22 juillet, le SYNAMED a annoncé la radicalisation de la grève à Kinshasa. Les médecins revendiquent entre autres l’amélioration de leurs conditions de travail et de vie.

Fonseca MANSIANGA

No front page content has been created yet.
Follow the User Guide to start building your site.

Dans la meme catégorie

Vidéo

A la une