Bombardement à Mugunga: le CAFCO appelle le chef de l'Etat à saisir le parlement réuni en session extraordinaire pour une prise de position sur cette nouvelle provocation

Photo/ Droits tiers
Photo/ Droits tiers

Dans un communiqué datant du 11 mai 2024, le Cadre permanent de concertation de la femme Congolaise (CAFCO) condamne avec la dernière énergie l’attaque meurtrière à la bombe perpétrée le 03 mai 2024 par les terroristes du M23 soutenus par le Rwanda, sur un camp de déplacés à Mugunga, dans l’Est de la RDC.

L'association appelle le Président de la République Félix Tshisekedi à prendre des mesures urgentes pour arrêter les massacres et réduire les risques pesant sur les populations civiles et le gouvernement congolais à renforcer la sécurité dans les camps des déplacés.

"Le gouvernement doit passer à l’action en accordant des moyens conséquents aux Forces armées afin de contraindre l'ennemi et protéger le peuple, maintenir l’accès humanitaire nécessaire sur le site des déplacés et saisir les instances judiciaires internationales pour poursuivre et condamner les crimes de guerre et crimes contre l’humanité commis par le Rwanda sur notre territoire à travers ses supplétifs du M23" précise le CAFCO, qui déplore les conséquences liées à ces bombardements qui ont occasionné des pertes en vies humaines, particulièrement des femmes et des enfants.

Pour elles, cette attaque crée non seulement une instabilité physique et émotionnelle dans le chef des déplacés survivants, mais également une panique générale sur la population de la partie Est de la RDC, particulièrement celles vivant dans les environs de la ville de Goma.

Elles appellent, à cet effet, les Nations Unies à s’impliquer de toute urgence pour la cessation immédiate des hostilités et pour le dépôt des armes par les terroristes, ce, sans condition aucune.

À la population congolaise, elles recommandent la vigilance et de dénoncer tout mouvement suspect, susceptible de mettre en péril sa sécurité, aux organisations humanitaires de pourvoir à la prise en charge holistique des survivants des actes barbares précités, et de s’impliquer à l’instar de ce qui est fait pour les Ukrainiens, les Palestiniens.

Nancy Clémence Tshimueneka