RDC: la lutte contre la pêche illicite exercée par les groupes armés sur le lac Édouard a permis de stabiliser la population d’hippopotames à environ 1500 individus - Épisode 6
Mardi 30 novembre 2021 - 08:08
Toute l’actualité environnementale sur DESKNATURE.COM
Toute l’actualité environnementale sur DESKNATURE.COM

La population d’hippopotames se stabilise à environ 1500 individus, selon les informations rapportées par le Parc National des Virunga (PNVi). C’est une bonne nouvelle parce qu’entre les années 1970 et mi-2000, elle était passée de 30.000 individus à moins de 1000. Aujourd’hui, elle se reconstitue lentement. 

Après notre petite balade du jour au coeur de ce qui peut être considéré comme l’un des paysages de montagne les plus spectaculaires d’Afrique, Méthode Uhoze, spécialiste de la démarcation du PNVi, se pose autour du feu de bois en plein Mikeno Lodge, à Rumangabo, quartier général du plus vieux parc national du continent africain. Aujourd’hui, il va nous faire découvrir un autre joyau de ce site inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO: l’hippopotame.  

« Cette espèce est plus visible dans le lac Édouard qui est parmi les bastions des groupes armés. Ces animaux sont parfois les cibles de ces hommes armés. Du côté de la rivière Ishasha qui est une zone déjà couverte par la clôture, on constate une grande amélioration. Les hippopotames augmentent en nombre », explique t-il.

Le plus grand danger pour les hippopotames ici, c’est l’activité des groupes armés: « C’est plus vers la partie ouest du lac qui est encore occupée par des groupes armés où on ne sent pas encore cette croissance ».

Ainsi, le parc veut identifier toutes les pirogues pour améliorer la sécurité sur et autour du lac.

« Le parc a initié un grand programme de placage des pirogues pour identifier tous les pêcheurs légaux et mettre hors d’état de nuire ceux qui travaillent sous le couvert des groupes armés (…). Si toutes les pirogues sont immatriculées, cela permettra de contrôler et de restaurer l’autorité de l’Etat sur le lac et il y aura un impact sur la croissance de cette espèce ».

Lire aussi:Le Makala a une valeur de 40 millions USD par an sur le marché de Goma: Comment le charbon de bois finance les groupes armés installés dans le parc national des Virunga - Épisode 5

Stabiliser puis accroître le nombre d’hippopotames diversifie le circuit touristique et est bénéficie aussi aux poissons du lac, ajoute Méthode.

« L’hippopotame attire les touristes. C’est un animal extraordinaire eu égard à sa façon de vie. Il contribue aussi au cycle de la production de la nourriture pour les poissons. Il broute sur la terre ferme et défèque dans le lac et c’est la nourriture pour les poissons. Moins il y a d’hippopotames, moins il y aura des poissons dans ce lac ».

Plus de 15.000 touristes ont visité le parc depuis 2015 (45.000 nuitées au total) et font du PNVi la première destination touristique en RDC. En 2020, le tourisme, l’électricité et l’agriculture ont généré 81 millions USD d’activité économique au Nord Kivu (PIB). 

Vous pouvez suivre l’intégralité de cet entretien avec Méthode Uhoze ici. 

 

No front page content has been created yet.
Follow the User Guide to start building your site.

Dans la meme catégorie

Vidéo

A la une