Lundi 12 avril 2021 - 17:30

Breaking news

RDC : 7 morts et une vingtaine de blessés à la suite des affrontements qui ont émaillé les manifestations contre l’insécurité près de Goma
Rond-point Signers à Goma/Ph ACTUALITE.CD

Les violences survenues dimanche 11 avril dans les villages Buhene, Turunga et Kihisi (près de Goma dans le territoire de Nyiragongo) ont fait officiellement 7 morts et 22 blessés. Il s’agit d’un bilan provoire communiqué ce lundi par le gouverneur du Nord-Kivu, Carly Kasivita, à l’issue d’une ronde effectuée dans les hôpitaux où sont pris en charge les blessés.

« Au stade actuel, nous venons de faire la ronde de deux grands hôpitaux au niveau de la ville de Goma. Il y a à cet hôpital (Ndlr : Bethesda Ndosho) 17 blessés et un décès. À l’hôpital général, il y a cinq blessés et deux décès. À l’hôpital de la CBCA Virunga, il y a 4 corps. Donc, à ce stade, nous voudrions encore une fois attirer l’attention de la population du Nord-Kivu, surtout les organisateurs des manifestations qu’elles ne sont plus pacifiques. Il y a eu des hommes en armes que ça soit à Buhene, que ça soit dans la vie de Goma, aussi dans le rapport de monitoring sur l’ensemble de la province, il y a eu des manifestants qui ont voulu ravir les armes à la police », a dit le gouverneur du Nord-Kivu.

L’autorité provinciale a signé un arrêté interdisant les manifestations publiques sur l’ensemble de la province. Un couvre-feu est décrété dans une partie de la ville de Goma et dans le territoire de Nyiragongo.

« C’est la raison pour laquelle je viens de signer un arrêté qui interdit momentanément l’organisation des manifestations pacifiques dans la province. Je viens également de décréter un couvre-feu au niveau de la commune de Karisimbi et au niveau du territoire de Nyiragongo, spécialement dans la chefferie de Bukumu, pour nous permettre de contrôler les mouvements des citoyens et ainsi sécuriser la population civile. Vous avez constaté avec moi qu’il y a plus des dégâts collatéraux dus aux coups des balles. Certes, les gens vont dire qu’il n’y a que l’armée et la police qui détiennent les armes, mais nous sommes avec l’honorable Adèle (Ndlr : Adèle Bazizane, députée provinciale, élue du territoire de Nyiragongo) qui a essuyé des tirs qui ne provenaient pas de la police ».

À la suite des manifestations anti-insécurité signalées dans les localités de Buhene, Turunga et Kihisi dans le groupement Munigi, dans le territoire de Nyiragongo, ayant causé mort d’hommes et des habitations incendiées, le gouverneur du Nord-Kivu, Carly Kasivita a échangé avec plusieurs couches de la population de la place en vue de calmer la tension qui venait de monter d’un cran. Plusieurs appels au calme et à la cessation des violences ont été adressés à l’endroit des jeunes membres des communautés Kumu et Nande qui voulaient transformer ces agitations en une affaire ethnique.

Des vives tensions ont été observées ce lundi matin à Buhene, agglomération située dans le groupement Munigi, à la limite entre la ville de Goma et le territoire de Nyiragongo. Situation consécutive à la mort de deux jeunes gens lors des manifestations anti-insécurité signalées dimanche soir dans cette partie où plusieurs habitants ont quitté craignant pour leur sécurité.

Jonathan Kombi, à Goma

 

No front page content has been created yet.
Follow the User Guide to start building your site.

Dans la meme catégorie

Vidéo

A la une