Sud-Kivu/Fizi : des centaines de familles déplacées enregistrées à Alenga après des affrontements entre l’armée et les miliciens dans le secteur Tanganyika
Les habitants de Fizi accueillant Vital Kamerhe à l'aérodrome en 2019/Ph Stanis Bujakera Tshiamala ACTUALITE.CD

La situation humanitaire reste dramatique pour des centaines de familles en déplacement dans le secteur de Mutambala, précisément dans la localité Alenga après des affrontements depuis dimanche dernier entre les FARDC et les miliciens Mai-Mai dans plusieurs villages du secteur Tanganyika, dans le moyen plateau.

Le chef de la localité Alenga, Umbelwa Bitengya alerte sur la présence de plus de 350 familles déjà enregistrées et qui vivent dans des conditions difficiles.

“Depuis lundi, nous accueillons plusieurs déplacés ici à Alenga, nous sommes un village qui n'a pas la capacité d'accueillir ce nombre plus élevé de déplacés. D’ailleurs il n'y a pas des maisons, nous avons déjà enregistré 370 familles, elles passent nuit à la belle étoile. D’autres sont encore en brousse. Nous lançons un cri d'alarme aux humanitaires pour nous venir en aide”, dit ce chef local. 

Le climat sécuritaire s’est davantage détérioré dans la région de Fizi en raison des violences communautaires qui perdurent depuis 2016. Des communautés locales se sont constituées des groupes d’autodéfenses qui s’affrontent régulièrement faisant des morts et des déplacés. 

Au moins 128 civils ont été tués entre février 2019 et juin 2020, dont 21 femmes et sept enfants dans les violents affrontements entre groupes armés et les FARDC, ainsi que dans les attaques contre des civils dans la région des Hauts Plateaux d’Uvira, Minembwe et Itombwe, y compris contre des villages et camps de déplacés, d’après le Bureau conjoint des Nations Unies aux droits de l’homme (BCNUDH). 

Lavoix Lubunga, à Fizi

 

No front page content has been created yet.
Follow the User Guide to start building your site.

Dans la meme catégorie

Vidéo

A la une