La Sénatrice Francine Muyumba Nkanga et les députés provinciales du Haut Katanga ont organisé une table ronde des femmes à Lubumbashi
ACTUALITE.CD

Près de 200 femmes ont été mobilisées, dans la ville de Lubumbashi en province du Haut- Katanga pour la table ronde dénommée  " Parole aux Femmes". L'initiative est de la Sénatrice Francine Muyumba Nkanga et les députés provinciales femmes de la province.

C'est toutes la crème féminine de la province et une partie du pays qui y ont prit; parmis elles, des sénatrices, des députées des  assemblées  nationales et provinciales, de la société civile, des  cadres des différents partis politiques de toutes tendances, les Ministres provinciaux, les pasteurs femmes, les sœurs de l’église catholique, les épouses des militaires, les femmes militaires et policières, les représentantes des femmes des différentes communautés du Haut - Katangais, des Maires des villes, des Bourgmestres, des femmes représentantes des marchés des différentes communes de la ville de Lubumbashi et ses environs, les femmes cadres des entreprises en place ainsi que d’autres femmes leaders de la province;  toutes pour dire non à l’insécurité et aux viols perpétrés pendant cette insécurité.

Des débats à bâtons rompus ont étés au centres des entretiens dans l'objectif comme l'indique le thème, de donner la ‘’Parole aux femmes’’. 

Durant les échanges,  elles se sont exprimées, sans ambages, en soulevant  toutes les préoccupations, devant les autorités locales dont l’exécutif provincial, l’Assemblée provinciale et celles qui s’occupent de la sécurité. Ces femmes ont dénoncé l’impunité, la corruption, le manque d’une bonne prise en charge des Policiers et Militaires par de l’exécutif national. Les hommes en uniformes, ont la charge de  sécuriser la population, non  celle de mettre la population en danger, et donc leur prise en charge par le gouvernement est une nécessité, ont - elles expliqués.

Autres questions soulevées,  l’l'inefficacité  des certains dirigeants urbains et provinciaux, la mauvaise gestion des rétrocessions communales par les dirigeants communaux qui proviennent des entreprises minières et exigent les  enquêtes sérieuses pour punir les coupables afin que ce financement mis à la disposition des différentes communes puissent  servir les communes avec des actions palpables. Ces femmes,  recommandent à ce que, l’exécutif national puisse stopper  l’octroi de ce fonds aux gommes. Ces femmes, préconise des enquêtes et le  rétablissement de  l’octroi de ce fonds, que  lorsque les dirigeants communaux justifieront l’utilisation de ce financement depuis du début de la perception à ce jour.

En outre, elles voudraient que l’autorité de l’Etat puisse se faire sentir à travers des sanctions pour rétablir l’ordre. 

Elles ont formulées en tout,  plus de 35 recommandations dans une déclaration aux autorités locales et Nationales pour bannir l’insécurité y compris la pauvreté et l’afflux de l’exode des provinces voisines tout en appelant aux développements des provinces qui entourent le grand - Katanga. 

Elles ont condamnés le tribalisme et encourager la cohabitation pacifique pour tous les habitants de la province du Haut - Katanga en mettant fin à des provocations communautaires parfois politiquem, manipulées par les politiciens en mal de positionnement. 

Dans différentes, inteeventions, Mme  Francine Muyumba Nkanga Sénatrice élue du Haut -  Katanga, a fait savoir qu' il faut corriger le mal et faire les choses autrement pour le bien de la population  katangaise, qui ne doit pas continuer à être victime de la mauvaise fois, des politiciens. 

Pour elle les responsabilités sont partagées. Elle préconise que les dirigeants au niveau national puissent se  jouer leur rôle et que ceux de la Province  jouent également le leur, car le sang de toutes les personnes victimes du banditisme urbain est  tout aussi précieux que  celui des politiciens. Il  faut arrêter de se soutenir aveuglément mais se dire des vérités pour améliorer les choses. 

Pour le Vice -  President de l’assemblée provinciale  le Dr Pablo Ngwej le rôle de l’Assemblée provinciale est de contrôler l’exécutif provincial qui a le pouvoir d’agir. 

Elle a presenté les causes de l’insécurité et le rôle que  doit jouer les femmes dans cette problématique,  tout en assurant la population qu’à la prochaine rentrée parlementaire l’assemblée provinciale dans son rôle de contrôle va  s’investir  dans le contrôle des  ceux qui ont le pouvoir d’agir. 

Le représentant du gouverneur de province, le Ministre de l’Education du Haut - KATANGA Arts Joseph Kayumba dans son intervention d’expliquera aux participantes les efforts fourni par le gouvernement provincial face à cette problématique de l’insécurité qui connaît petit à petit une baisse grâce aux efforts fournis par l’exécutif provincial qui est à feliciter. Il cependant  sollicité de la population, de ne pas être complice de cette insécurité et à s’impliquer comme il le faut.

Ces femmes, ont décidé également de créer un réseau avec la représentation de toutes les catégories des leaders des femmes pour faire le suivi de ces recommandations et aller dans le sens de défendre les intérêts commun de la population du Haut - Katanga. 

Débuté a 11h30, l'activité a pris fin à 18 heures, avec un repas offert à toutes les femmes au bâtiment hypnose de Lubumbashi

Dans la meme catégorie

Vidéo

A la une