Catégorie
Photo ACTUALITE.CD.

Le gouverneur de la province de l'Ituri Jean Bamanisa a été réhabilité par la Cour constitutionnelle après son éviction il y a quelques mois par l’assemblée provinciale. Alors qu'il se trouve toujours à Kinshasa, Bamanisa se montre conciliant et prône l’unité et la cohabitation entre les deux institutions provinciales, à savoir le gouvernement et l’assemblée provinciale.

« Nous devons tirer toutes les conséquences de la part du législatif provincial et l'exécutif provincial pour pouvoir comprendre nos responsabilités, ça pourra nous aider à conforter les relations entre les deux institutions pour mieux travailler ensemble. Nous sommes censés maintenant travailler dans la collaboration, l’unité et la cohabitation pacifique. Raison pour laquelle je tiens à remercier la majorité des députés provinciaux et la population iturienne qui nous ont soutenus pendant ce moment fort pour l'intérêt général de l'Ituri », a-t-il déclaré jeudi à ACTUALITE.CD.

Il a également mis un accent sur le respect des textes légaux qui les deux institutions.

« L'appareil de l'Etat ne doit pas être géré par nos règlements des comptes car nous ne sommes pas dans une guerre des personnes ou conflits entre les individus. Après ce manque à gagner pendant plus au-moins 3 mois, nous devons tous repartir avec détermination pour régler les problèmes sécuritaires, humanitaires, économiques, sociales pour le développement de notre province. Ce qui s'est passé ici ça ternit l'image de la province et on doit en être reconnaissant », a-t-il conseillé.

M. Bamanisa a été réhabilité par la Cour constitutionnelle le vendredi 7 février dernier, jugeant non fondée et nulle la procédure de vote de la motion de défiance contre le gouverneur.

Pour rappel, le gouverneur Jean Bamanisa a été déchu le 20 novembre dernier grâce à une motion initiée par le député de la coalition Lamuka Masumbuko Adaba qui avait été signée par 27 députés. Parmi les griefs retenus à la charge de Bamanisa, la vente de 12 lingots d'Or saisis par la justice militaire auprès des détenteurs illégaux, et le non-respect envers l'assemblée provinciale.

Franck Asante, à Bunia

 

Vidéo