Catégorie
ACTUALITE.CD

Célestin Tunda Ya Kasende, vice-Premier ministre, ministre de la Justice et garde des Sceaux, a mis en garde les prisonniers qui propagent les "fausses" informations sur les conditions dans les complexes pénitentiaires du pays. 

« Tout est maîtrisé. Il n’ y a rien à craindre. Nous devons combattre la désinformation parfois par quelques prisonniers. Nous les avons déjà identifié. S’ils ne veulent pas cesser, ils verront leurs peines s’accroître parce qu’ils feront l’objet d’autres poursuites par rapport à cette intoxication. C’est de l’incitation », a t-il dit au sortir d’une réunion ce lundi 20 janvier avec le Premier ministre. Le vice-Premier ministre, ministre de budget, le vice-ministre des finances, le gouverneur de la Banque centrale du Congo, ont pris part à cette réunion également.

Selon lui, les stocks des nourritures et des médicaments sont remplis dans les prisons. 

« Nous sommes des responsables. Autour du premier ministre, nous sommes en train de suivre la question des prisonniers à Kinshasa et à l’intérieur du pays. Nous avons évalué les comptes et nous avons constaté qu’il n’y a plus d’arriérés. Tout a été payé. Tous les directeurs de prison nous disent que tous les stocks sont remplis du point de vue des vivres. Le premier ministre m’a chargé avant la fin de la semaine de descendre dans les prisonniers de Kinshasa, avant de descendre à l’intérieur pour montrer à l’opinion tous les stocks qui se trouvent dans ces prisons et parler avec les prisonniers eux-même », a t-il ajouté. 

Célestin Tunda Ya Kasende a également évoqué les conditions carcérales.

« Nous sommes en train de réaménager nos prisons, même de les agrandir. Ce matin, je recevais quelques délégués des provinces qui sont venus me demander de commencer les premiers travaux de construction de nouvelles prisons. J’ai donné l’autorisation. Les gouverneurs peuvent déjà commencer les premiers travaux avant que le gouvernement central ne s’implique », a t-il déclaré.

D’après lui, le gouvernement suit cette situation avec attention.

« Nous venons de parler de la situation des prisons. Nous devons suivre la programmation des paiement qui concernent l’alimentation des prisonniers, les médicaments qui doivent être mis à leur disposition dans les centres médicaux. Pour le gouvernement, cette question est essentielle. C’est parmi les priorités. Contrairement aux rumeurs qui sont véhiculées partout faisant état des dizaines de morts, ce sont des calomnies. Ce n’est pas du tout la vérité », a t-il ajouté.

Au moins 12 détenus sont morts depuis le début de cette année à Makala, la plus grande prison de Kinshasa. L’Agence France Presse (AFP) avait donné le 7 janvier les premiers chiffres de 11 décès, mais des sources concordantes avaient rapporté à ACTUALITE.CD un autre cas ce mardi. Le député provincial Mike Mukebayi, également détenu à Makala, avait alerté en décembre. Il avait écrit à Félix Tshisekedi pour dénoncer les conditions difficiles dans ce complexe pénitentiaire construit pour 1500 détenus, mais qui aujourd’hui héberge plus de 8000 personnes.

Vidéo