Catégorie
Ph/actualite.cd

Azarias Ruberwa, ministre d'État en charge de la Décentralisation et Réformes institutionnelles, dénonce, le non-respect, par certains ministres nationaux, des compétences et attributions dévolues aux entités territoriales décentralisées (ETD), dont les provinces. Il l'a déclaré à l'ouverture, ce mercredi 11 décembre à Kinshasa, du 2ème forum évaluatif sur décentralisation en République Démocratique du Congo (RDC).

Pour lui, cette résistance des certains gouvernants, dont des ministres, reste l’un des grands défis à relever pour la décentralisation.   "La décentralisation présente plusieurs enjeux parmi lesquels l'absence d'appropriation par certains acteurs clés de ce nouveau mode de gestion. Ceci se traduit notamment (...) par la résistance de certains gouvernants de se départir de compétences et attributions reconnues aux provinces et (autres) entités territoriales décentralisées. Vous avez les ministres dont le secteur est déjà décentralisé mais qui ne veulent pas accepter et veulent continuer à gérer leurs ministères comme du temps où il y avait de décentralisation", a dénoncé Azarias Ruberwa. 

Il a soulevé une autre difficulté qui freine la décentralisation. Il s'agit, d’après Azarias Ruberwa, de la question de l'irrégularité de la rétrocession aux provinces et autres entités territoriales décentralisées. Il a fait remarquer que tant qu'il y aura d'irrégularités dans le transfert de la rétrocession, les membres des exécutifs provinciaux ne seront pas épargnés des motions. 

"C'est qui pose beaucoup de difficultés aux province et aux entités territoriales décentralisées, c'est le problème de rétrocession. Tant que le financement des transferts de ressources ne sera pas régulier, nous auront des motions conçues sous les arbres.  Alors vous vous retrouvez sous un arbre, vous composez la motion,  vous revenez dans la salle et le gouverneur est tombée" fait-il remarquer.

Ouvert ce mercredi, ce forum de quatre jours est une occasion pour le gouvernement congolais de se mettre en face des échecs et des acquis de la décentralisation, une réforme de gestion des entités.

Plusieurs personnalités ont été présents au lancement de travaux, dont les membres du gouvernement, les gouverneurs des provinces, les maires de villes , des bourgmestres, de présidents des Assemblées provinciales ainsi que des chefs coutumiers.

Ivan kasongo

Vidéo