Breaking news

Marche anti-corruption du CLC : Gentiny Ngobila prend acte et invite les organisateurs à une séance de travail dès ce jeudi

Mercredi 16 octobre 2019 - 12:37
Catégorie
ACTUALITE.CD

Le gouverneur de la ville de Kinshasa, Gentiny Ngobila Mbaka, a pris acte de l’organisation de la grande journée de protestation du Comité Laïc de Coordination (CLC), prévue ce samedi 19 octobre, dans le cadre de la croisade nationale contre « la corruption, l’impunité, l’impuissance de la justice et des forces de l’ordre ».

Dans une correspondance, ce mardi 15 octobre, Gentiny Ngobila invite, à cet effet, les organisateurs de cette marche à se présenter, ce jeudi 17 octobre, à l'Hôtel de Ville pour une séance de travail afin de prendre des dispositions pratiques.

« J’accuse réception de votre lettre sans référence du 11 octobre par laquelle vous m’informez de l’organisation d’une marche dite « pacifique » ( …). A ce propos, tout en louant le mérite de votre démarche, je vous invite à prendre part à une séance de travail ce jeudi 17 octobre 2019 à 11 heures à l’Hôtel de Ville de Kinshasa afin de prendre des dispositions utiles afférentes à cette activité », dit la correspondance du gouverneur de la ville.

Le 19 octobre coïncide avec le lancement officiel de l’opération “Kin Bopeto”, initiée par le gouverneur Gentiny Ngobila pour assainir la capitale. Cette cérémonie devrait connaître la participation du chef de l’Etat Félix Tshisekedi.

Les laïcs marcheront avec bibles, croix et chapelets, symboles de la justice, « en portant des calicots exprimant le refus du règne de la corruption, de l’impunité et l’absence de la justice ».

« Nous marcherons ce samedi 19 octobre pour exiger la fin de l’impunité, la suspension des personnes impliquées dans le détournement de 15 millions de dollars de la République et la démission sans délai des juges de la Cour constitutionnelle », avait annoncé le CLC.

Ces actions, selon le CLC, visent à dénoncer également des nombreux scandales qui ont fait la "une" depuis quelques mois notamment les soupçons de corruption des députés provinciaux lors des élections des sénateurs, les invalidations des députés nationaux par la Cour constitutionnelle.

Japhet Toko

Vidéo