Catégorie
DR

Le Premier ministre Ilunkamba a reçu, ce vendredi 9 août, les délégations de la jeunesse dans le cadre des consultations avant la formation de son gouvernement.

Un jeune de 29 ans se réclamant du mouvement citoyen Lutte pour le changement (Lucha ) a, d’un ton ferme, présenté son indignation sur la manière dont la jeunesse congolaise a été délaissée pendant les 18 ans de règne de Joseph Kabila.

D’un ton ferme, il a accusé Kabila d’avoir délaissé la jeunesse congolaise. Il a annoncé au Premier ministre qu’il n’est pas là pour quémander un poste ministériel. 

« Avant toute chose, je ne suis pas venu quémander un poste ministériel, je suis ici pour vous demander, vous supplier de voir comment redresser la situation de la jeunesse délaissée pendant 18 ans de règne de Kabila… », a expliqué le jeune homme.

« Nous sommes les jeunes révoltés parce que nous avons été délaissés… Faites un tour dans les rues de Kinshasa et dans nos universités pour voir comment nous suivons les cours… pour voir comment nous vivons. Nous sommes le Congo de demain mais abandonnés  », s'est-il exclamé.

"Prenez votre temps de réfléchir avant votre investiture"

« Je vous demande de bien réfléchir avant l’investiture… Posez-vous la question de savoir si vous serez en mesure de répondre aux préoccupations de la jeunesse délaissée », a-t-il poursuivi avant de mettre en garde le Premier ministre. "Pensez à nous, sinon je serai le premier à écrire sur mon compte Facebook ou Twitter que Ilunkamba est un incompétent". 

"Je m'en fous" 

Répondant aux propos du jeune homme,  Ilunkamba a rappelé que Kabila a fait sa part.  

"Faut pas être présomptueux, ne vous croyez pas capable de tout résoudre. Le président Kabila dont tu parles aujourd’hui et qui m’a choisi au poste de Premier ministre, c’est lui qui a donné le courage aux autres jeunes. Il a fait sa part", s'est défendu le chef de l'exécutif en élaboration.

"Ce qui me déplaît en vous", a poursuivi Ilunkamba, "c'est que vous avez l’assurance de tout savoir… Donnez-moi le projet de société, pas résoudre les problèmes sur les têtes des gens".

"Attention !!!. Vous menacez d’écrire sur les réseaux sociaux, mais allez-y... Je m’en fous ! Attention, jeune homme », s'est-il emporté.

Le Premier ministre a réservé sa troisième journée de consultations aux forces vives. Enclenchées quelques minutes avant midi, elles se sont poursuivies jusqu'au soir.

Christine Tshibuyi

Vidéo