Breaking news

Ebola / RDC : Les principaux défis pour mettre fin à l'épidémie

Mardi 4 juin 2019 - 07:39
Catégorie
Ph. Droits tiers

 

Depuis dix mois, les provinces du Nord - Kivu et de l'Ituri font face, pour une première fois, à une épidémie de fièvre hémorragique. Elle a déjà causé plus de 1340 décès.  Les principaux défis devant être relevés pour mettre fin à cette épidémie sont  :

La surveillance épidémiologique.

Pour le ministère de la santé , la surveillance doit être renforcée   pour lister et suivre tous les contacts des cas confirmés pendant 21 jours afin de pouvoir briser la chaîne de transmission.

Or, parmi les 911 nouveaux cas confirmés enregistrés entre le 1janvier et le 7 mai 2019, seulement 398 (44%) étaient enregistrés comme contacts suivis.  

Ainsi, il faut renforcer le listage et le suivi des contacts en impliquant davantage les autorités et leaders communautaires, note le ministère.

La prévention et le contrôle des infections (PCI) 

Les mesures de prévention et contrôle des infections doivent être renforcées dans les formations sanitaires communautaires afin de réduire le taux d’infection nosocomiale. Entre 25 et 30% des contaminations ont lieu dans des formations sanitaires. 

Les décès communautaires 

Le taux de décès communautaires reste élevé. Entre 28 et 43% des décès notifiés chaque semaine ont lieu en dehors d’un centre de traitement d’Ebola ou un centre de transit. Ces décès ont lieu soit dans des hôpitaux et cliniques privés, dans des centres de santé communautaires ou à la maison. Or, la contagiosité d’un malade étant maximale après sa mort, les enterrements dignes et sécurisés permettent de limiter la propagation communautaire du virus. Ce qui est positif c’est que la majorité des décès communautaires bénéficient d’un enterrement digne et sécurisé.  

A ces défis , il faut ajouter , la situation sécuritaire et la résistance communautaire  contre les agents de santé   impliqués dans la riposte.

Si la menace des groupés armés dans le Nord - Kivu n'entrave pas la riposte, la résistance populaire est actuellement , le plus grand défis pour le ministère de la santé et l'Organisation Mondiale de la santé (OMS).

Le ministère de la santé a fait état de 132 attaques contre les équipes de riposte et structures sanitaires  depuis le début de l'épidémie.

Ces attaques et des journées de mobilisation ( ville morte , marches populaires ... etc) ont provoqué un pic de nouveaux cas ces derniers mois.

En ce qui concerne les incidents liés à la réticence ou la résistance communautaire, la majorité de ces incidents sont résolus grâce à l’implication des leaders communautaires, des sensibilisateurs et des experts psychosociaux, d'après le ministère de la sante.

L'épidémie inquiète les deux pays voisins de la province du Nord-Kivu, l’Ouganda et le Rwanda.  Ils ont commencé à vacciner leur personnel de santé depuis six mois.  

La RDC traverse un sombre épisode sanitaire. Déclenchée le 1er août 2018 dans la province du Nord-Kivu avant de se propager en Ituri, voisine, l'épidémie d'Ebola a déjà fait 1346 morts parmi les 2 008 personnes infectées ( ou non) , chiffre arrêté le 2 juin, mais réservé à la hausse, compte tenu de la tendance.

 

Christine Tshibuyi

Vidéo