Catégorie
Photo droits tiers

La coordination de la plateforme Lamuka dans la région du Grand Katanga a fait une mise au point, ce mercredi 1er mai 2019. Elle appelle Katumbi à demeurer dans sa logique de faire une opposition républicaine.

« Nous saluons le bon combat mené par les six leaders et bonifié par la décision sage de capitaliser les acquis du travail abattu par le soldat du peuple et tous les candidats députés et, a travers eux, le peuple tout entier. Le choix de Katumbi marque un signal fort de la volonté de Lamuka de participer avec les autres forces vives à la rupture avec la tyrannie des 12 dernières années », ont dit dans une déclaration plusieurs cadres de cette plateforme lors d'une matinée politique tenue ce mercredi à Lubumbashi.

Se réclamant de l'opposition, ces acteurs dont Guibert Yav Tshibal, ancien vice-gouverneur de Katumbi, Clotilde Mutita de l'inter-fédéral de l'Unadef, Georges Mawine, responsable de la jeunesse d'Ensemble pour le changement, disent s'assumer et saluent la charte de Lamuka qui s'est muée en plateforme politique.

« Nous assumons pleinement la portée générationnelle de notre choix d'embrasser la charte de Lamuka mais reconnaissons les mérites historiques de nos aînés, et de tous les combattants anonymes de la lutte pour la démocratisation de notre pays ", ont-ils renchéri.

Ils ont, cependant, pris acte de la volonté du chef de l'Etat d'inaugurer une ère nouvelle basée sur un paradigme politique où, notent-ils, les brimades et l'arbitraire n'auront plus jamais de place.

Contrairement à Antoine Gabriel Kyungu wa Kumwanza, qui a rappelé, mardi, qu’il ne fait plus partie de Lamuka, eux ne jurent que par l'opposition au régime en place et annoncent en même temps le retour imminent de Moïse Katumbi au pays.

Lire aussi : « Nous ne sommes pas de Lamuka. Il y a longtemps que nous sommes réveillés » (Kyungu)

José Mukendi, à Lubumbashi