Catégorie
Photo droits tiers

Quelques membres des partis politiques de l’opposition ont organisé, ce jeudi 2 mai 2019, une marche à Goma contre la candidature de Muhindo Nzangi à l’élection de gouverneur du Nord-Kivu.

Ces manifestants sont notamment membres de l’Alliance pour le renouveau du Congo (ARC) et du Mouvement de libération du Congo (MLC). Ils disent reprocher à Muhindo Nzangi la “xénophobie, le tribalisme, l’orgueil et le détournement des fonds de la coalition Lamuka pendant la campagne électorale”.

“Nous ne voulons pas de quelqu’un qui n'est pas rassembleur à la tête de la province. Muhindo Nzangi est bon au parlement et non à la gestion de la chose publique. Son tribalisme se manifeste même dans sa façon de gérer des petites choses. Nous l’avons constaté lors de la campagne électorale, en novembre dernier”, dénonce Moïse Kakule, membre du MLC.

Les protestateurs ont déposé un mémorandum au bureau provisoire de l’Assemblée provinciale du Nord-Kivu.

Le député provincial Kakule Saasita, membre du Mouvement Social (MS), minimise cette démarche qui est menée, selon lui, par des “usurpateurs”.

“ Ces gens sont des usurpateurs, ils n’ont pas qualité de représenter Ensemble pour le changement au Nord-Kivu, encore moins Lamuka d’autant plus que Nzangi est le seul répondant au Nord-Kivu. Mais également parmi ces soit-disant grévistes il n’y a pas d'électeurs parce qu’ils sont tous perdants aux élections. Nous allons partir aux élections parce que ce petit bruit n’a aucun effet sur la candidature de Muhindo Nzangi”, a réagi Saasita.

L’élection du gouverneur au Nord-Kivu et à Maï-Ndombe est prévue le 30 mai prochain. Au Nord-Kivu, quatre membres d’Ensemble pour le changement, en l’occurrence Muhindo Nzangi, Jean Paul Lumbulumbu, Eric Kamavu et Venas Tshipasa, ont déposé leurs candidatures au poste de gouverneur. Ces derniers ont annoncé des pourparlers en vue d’aboutir à une candidature commune. Le FCC a aligné la candidature de Carly Nzanzu Kasivita.

Yvonne Kapinga